Mon « Blue Thursday » ; ma pire journée de l’année 2021

Publié par

En 2005, une compagnie aérienne a demandé à un psychologue de lui calculer quelle était la pire journée de l’année, pour pouvoir sortir ses offres de vacances ce jour-là. La réponse a été le troisième lundi de janvier. Pour moi, ce quatrième jeudi de janvier restera, je l’espère, la pire journée de cette année 2021.

Cela commence par un truc à la con : le réveil qui ne sonne pas. Une heure de retard et donc je n’arrive pas à faire dans les délais tout ce que je voulais faire.

Puis il pleut, puis tu ne retrouves pas ta carte d’identité, puis tu as oublié ton masque…

Puis tu arrives au Tribunal administratif, pour rien, parce que tu as été re-convoqué pour prendre acte que la Commune a fourni une pièce au Tribunal, d’une délibération qu’elle a votée en octobre 2020 mais qu’il lui a fallu trois mois pour communiquer au lendemain d’une première audience ; juste pour m’emmerder !

Puis tu sors du Tribunal et tu arrives à la gare au moment où le RER vient de partir, et le prochain n’est que dans 29 minutes.

Puis tu reçois trois jugements, tous négatifs, avec 3 000 euros de frais de Justice à verser à la Commune. À croire que les magistrats n’ont pas lu les requêtes. Donc je vais en appel.

Sur l’une affaire, le Tribunal botte en touche en disant que je n’ai pas intérêt à agir ; sur l’autre, il affirme qu’un maire peut mettre une association en sommeil dans une commission municipale ; sur la dernière, il refuse de lire les documents que je lui ai fournis…





Puis tu reçois des moyens d’ordre public qui veulent remettre en cause tes huit (treize) mémoires en défense, qui correspondent à presque autant de journée de travail.


Et enfin, le Tribunal administratif de Paris qui, pour ne pas juger ton affaire au fond et en droit, va te dire que parce que tu as déjà une formation, alors tu n’en as pas besoin d’une deuxième… Donc je vais en cassation.

Au moins, me permettent-ils de comprendre qu’un référé-liberté ne servira à rien, parce qu’ils m’opposeront que je ne suis pas empêché de faire des études puisque je suis déjà une formation… C’est toujours cela d’appris.


Bref, journée bien pourrie pour rester poli.

Mais comme je ne suis jamais aussi fort que quand je suis faible.

À suivre, je suis toujours autant motivé, sinon plus parce que je trouve tout cela très injuste.



Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.