SCOOP : Les 5 SMS et 2 courriels « malveillants » pour lesquels Jean-Marc DEFRÉMONT demande la protection fonctionnelle

Publié par

Face à l’insuffisance de preuves pour me poursuivre en harcèlement moral, pour la seconde fois après une première plainte classée sans suite, les conseils avisés et hautement rémunérés du maire de Savigny-sur-Orge, toujours rageux de la défaite que je leur ai infligée par mon référé liberté, ont désormais la brillante idée de requalifier les faits desquels Jean-Marc DEFRÉMONT veut me poursuivre, notamment en appels et messages malveillants (prévus et réprimés à l’article 226-12 du code pénal).

Nous allons donc bien rire devant le Tribunal, car voici, en infraction assumée à l’article 226-15 du code pénal (atteinte au secret des correspondances), les sept « échanges » privés (2 courriels et 5 SMS) que nous avons eu depuis son élection. Enfin, c’était à sens unique puisque lui ne m’a jamais répondu, et je fais exprès de vous en mettre deux avant l’élection pour vous montrer à quel point il est puant en privé.

Il y a également eu 30 échanges publics en 14 mois soit un par période de deux semaines… C’est donc un harcèlement sournois, tout en subtilité, sur la durée.


Donc les appels téléphoniques, c’est simple, il n’y en a pas eu.

Pas plus que les messages sur Facebook, ou un autre réseau social.


Ensuite, les SMS, il y en a eu 5 depuis son élection, certes concentrés entre le 8 et le 13 septembre 2021.

Pour preuve, les précédents datent de juin 2020.

1°) Un premier le mercredi 8 septembre 2021 pour lui annoncer, alors que la mairie est fermée le mercredi après-midi, qu’il va y avoir une audience en référé liberté le lendemain. C’est tout à mon honneur, je me jette des fleurs, de ne pas faire le connard et le laisser tout découvrir le jeudi matin.

2°) Un deuxième le vendredi 10 septembre 2021 pour me foutre de sa gueule parce que j’ai gagné en première instance, malgré toute sa débauche de moyens.

3°) Un troisième pour le narguer le vendredi 10 septembre 2021 quand j’apprends qu’il a fait appel.

4°) Un quatrième le dimanche 12 septembre 2021 pour qu’il me confirme que Julia CHALMEL-MEYNET, interviewée dans un bulletin municipal, est bien sa nièce.

5°) Un dernier le lundi 13 septembre 2021 pour lui annoncer le sens des conclusions du rapporteur public du Conseil d’État, même si je ne doute pas qu’il devait, tout comme moi, être devant Télérecours citoyens, à rafraichir la page toutes les cinq secondes.

Les mauvaises langues diront que je me suis arrêté en apprenant le jeudi 16 septembre 2021 au soir l’inscription de la protection fonctionnelle pour le prochain Conseil municipal.

Mais les vrais savent que c’est juste que je n’avais rien à lui dire depuis, et que ce n’est pas sa menace de plainte ou de citation à comparaître qui m’empêchera de lui écrire si j’ai quelque chose à lui dire.







Venons enfin aux courriels.

Sur la trentaine en 14 mois, il y en a peut être quelques uns pour lequel le ton est excessif dans la relation normale entre un maire et un administré.

Impossible cependant de faire abstraction du contexte d’un maire qui a déposé pas moins de 4 plaintes contre moi depuis la veille de son élection (la première et seule mienne sera la plainte en dénonciation calomnieuse contre les 4 autres) et qui a refusé de mettre un terme aux 17 contentieux qui m’opposaient à la Commune (Bilan : j’en ai gagné 10, perdu 5 et nous avons fait 2 nuls).

Et puis, il y a ces deux courriels envoyés sur son adresse personnelle.

1°) Un premier le 24 août 2020 pour l’informer que j’avais pris connaissance de son revenu fiscal de référence pour 2017, 2018 et 2019 (ainsi que de sa femme et de trois autres personnes).

2°) Un deuxième le 3 septembre 2021 pour l’informer du rejet en appel de mon recours contre les délibérations votées à huis clos le 17 juin 2015, notamment la fermeture de la Savinière, et l’informer de ma volonté de me pourvoir en cassation.





Bref, je ne vois pas bien comment il va pouvoir aller loin avec cela.

D’ici à jeudi, il lui reste encore quelques jours pour s’inventer victime de nouveaux délits desquels il pourrait me poursuivre avec la protection fonctionnelle.

Parce que c’est quand même formidable qu’il ait demandé cette protection en commission, sans savoir en fait pour quoi il la demande parce qu’il ne sait même pas pourquoi il veut me poursuivre… Non, il veut surtout me poursuivre. J’annonce dès à présent le dépôt d’un référé suspension contre cette délibération pour des motifs que je développerai prochainement (mercredi ou jeudi).



Un commentaire

  1. Que ce soit DEFREMONT, MEHLHORN, ou Alexis IZARD, je ne risque pas de les harceler de SMS ou d’appels téléphoniques, je n’ai pas leur n° de mobile privé.
    J’ai juste les mails privés de DEFREMONT, d’Alexis IZARD, rien pour MEHLHORN (de toute façon pour ce que j’ai à lui dire …). La dernière fois que je leur ai écrit cela concernait les concours de collage le 24/6/2020, un sport politique très couru toutes tendances politiques confondues* y compris par les écolos ! (* sauf Bernard BLANCHAUD)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.