Sur l’hypocrisie des réactions à l’assassinat du président haïtien Jovenel MOÏSE

Publié par

Le 7 juillet 2021, nous apprenions l’assassinat du président de Haïti Jovenel MOÏSE.

Mais tandis qu’il était très largement contesté par la communauté internationale jusque quelques jours avant sa mort, les critiques se sont soudainement tues de toute part…

J’ai trouvé cela fascinant.


À l’origine, MOÏSE était un entrepreneur, qui bien que trempé dans un scandale de blanchiment d’argent, donnait à penser qu’il pourrait faire un petit peu bouger Haïti, pays extrêmement pauvre et corrompu, en proie aux gangs qui contrôlent et se partagent le pays. C’est l’ONU et les ONG qui permettent aux habitants de survivre dans un pays qui n’est toujours pas reconstruit depuis le tremblement de terre de 2010.

Personnellement, j’avais plutôt envie d’y croire à l’époque, parce qu’il apparaissait comme le « moins pire ».

Élu une première fois en 2015, son élection avait cependant été annulée en raison de fraudes. Qu’à cela ne tienne, il s’était représenté en 2016 et avait été très largement réélu.

Et c’est là que le bât blesse.


Il faut en effet savoir que la constitution actuelle d’Haïti prévoit qu’un président ne peut pas faire plus de deux mandats de cinq ans, et que ces deux mandats doivent être séparés par au moins un mandat.


Or, non seulement, MOÏSE n’a rien fait en tant que président…

Ou plutôt si, il a fait une seule chose : tenter de s’accaparer le pouvoir le plus longtemps possible.


En fait, comme il n’y a pas de conseil constitutionnel à Haïti, deux lectures s’opposent relativement à la durée du mandat présidentiel.

Pour certains, et notamment les opposants de MOÏSE, son mandat avait commencé en 2016 et il devait remettre le pouvoir en 2021.

Et évidemment, pour le président, son mandat avait en fait commencé en 2017, à la suite de sa réélection, et il pouvait garder le pouvoir cinq ans, soit jusqu’à 2022.


En février 2021, il y avait eu une tentative de putsch ratée pour démettre MOÏSE de force.

Et en réaction, le président a proposé un projet de référendum, par décret évidemment parce qu’il n’avait pas convoqué les élections parlementaires à temps, donc qu’il n’y avait plus de pouvoir législatif depuis décembre 2020…

Lequel référendum tout en supprimant le poste de Premier ministre, permettait au président de se présenter dorénavant deux fois de suite (mais toujours deux fois maximum).

L’avant-projet n’est pas très clair, mais à coup sûr, MOÏSE aurait fini par trouver le moyen de dire que son premier mandat acquis avant l’adoption de cette nouvelle constitution ne comptait pas, et il aurait très certainement tenté d’en accomplir un troisième…


Évidemment, l’ONU et compagnie étaient furieuses parce qu’elles filent toujours beaucoup d’argent, lequel était allègrement détourné. Sans compter que les réformes économiques et politiques n’étaient pas exécutées. La presse était très critique.

Et puis MOÏSE est mystérieusement assassiné chez lui par des mercenaires qui parlent anglais et espagnol. Aux dernières nouvelles, ils ont été recrutés dans l’armée colombienne.

Et là, silence assourdissant de la communauté internationale, rompu minoritairement pour trouver que MOÏSE était finalement bien parce qu’il avait changé de Premier ministre pour organiser les élections, qui devaient se dérouler après avoir été reportées deux fois, mais dont le second tour devait avoir lieu après le vote du référendum controversé pour changer la Constitution et le mode du scrutin qui devait d’ailleurs passer à un seul tour… On devine ce qui serait arrivé si le président était arrivé en tête.

Et entre temps, depuis l’assassinat, vous avez le Premier ministre, qui a essayé de garder la place pendant la transition, mais qui a fini par céder en échange d’un gros ministère. Nul doute qu’il sera candidat à la prochaine présidentielle, et qu’il pourrait la remporter…

On est vraiment dans la caricature du pays corrompu et de la dictature permanente…


Je lisais enfin un article présentant un contre-point de vue sur la nouvelle dictature africaine au Tchad.

Le président Idriss DÉBY y est mort les armes à la main (là aussi, d’ici à ce que ce soit un autre qui l’ait attiré dans un piège pour lui piquer sa place) et c’est son fils Mahamat qui lui a succédé à la tête d’un conseil militaire de transition.

Et l’auteur de dire qu’on aurait toujours plus de chances d’aller vers la démocratie qu’avec un dictateur en place depuis trente ans et déterminé à ne pas lâcher le pouvoir.

En Haïti, je pense que c’est aussi valable. Je ne dis pas qu’on aura la démocratie demain, surtout avec ce qui se prépare. Mais il y a toujours plus de chances de faire advenir la démocratie en Haïti avec n’importe qui d’autre, qu’avec ce président qui a passé son mandat à chercher comment contourner la Constitution pour pouvoir faire deux, voire trois, voire quatre mandats.

Triste monde ! Et peut-être encore plus tristes peuples qui subissent sans trop réagir…



3 commentaires

  1. Merveilleux, n’est-ce pas, ce soudain silence de cette « communauté internationale », qui n’existe pas d’ailleurs puisque constitué de 6 ou 7 grands Etats…car à qui peut-on faire avaler que le Ghana, le Bouthan ou l’Arménie, pays pris au hasard parmi bien d’autres, font partie de la « communauté internationale » …. et ont leur mot à dire ou une influence quelconque…Nous nageons dans la plus parfaite tartuferie…

    1. Il y a surtout qu’aujourd’hui, un Facebook possède le PIB cumulé de quelque chose comme 150 pays du monde. Les GAFAM sont des États dans l’État, beaucoup plus puissants que la plupart d’entre eux. À part cela, j’ai hâte de voir le G7 s’égosiller cet après-midi sur le cas afghan… Ils vont déclarer être vigilants, et cela n’ira pas plus loin…

  2. La complotoshpère dit que c’était un des 4 rares chefs d’état opposé à la vaccination COVID de masse et qu’un lien pourrait être établi entre son vaccinosepticisme et son assassinat.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.