Renouvellement urbain de Grand-Vaux : l’ANRU confirme que Jean-Marc DEFRÉMONT ne maîtrise pas son dossier…

Publié par

À la suite de l’article paru dans Le Parisien de l’Essonne du 27 juillet 2021, faisant état de chiffres et de données sensiblement différents à ceux figurant dans le contrat d’engagement de la rénovation urbaine de Grand-Vaux, signé le 25 janvier 2019, nous avons contacté l’Agence nationale de la rénovation urbaine (ANRU), le ministère de la Cohésion des territoires et le bailleur 1001 Vies Habitat. 

Damien KACZA, chargé de mission territoriale à la direction opérationnelle de l’ANRU pour le département de l’Essonne, assurant personnellement le suivi du projet de Grand-Vaux, a bien voulu répondre à notre liste de questions. Ses précisions sont accablantes pour le maire de Savigny-sur-Orge.


Sur le montant du projet

Pour mémoire, la convention d’engagement fait mention d’un total de 136 millions €.

Or, dans l’article du Parisien, un chiffre de 94 millions revient à deux reprises.

Dans le chapô :

« Sur les 94 millions d’euros de ce projet qui permettra la reconstruction de 900 logements »

Et dans le premier paragraphe :

« Mais pour le nouveau maire, Jean-Marc Defrémont (EELV), cette opération à 94 millions d’euros cachait une mauvaise surprise. »

Dans sa réponse, M. KACZA nous indique :

« le maire de Savigny fait certainement référence au montant total du projet hors reconstitution de l’offre de logements sociaux et ingénierie, opérations qui sont contractualisées dans la convention-cadre de l’EPT Grand Orly Seine Bièvre, qui atteint 95 millions €. »

Drôle de manière d’évaluer le coût d’un projet que d’en retirer arbitrairement certaines données ; la reconstitution de l’offre de logements sociaux, aussi bien dans que hors du quartier, étant quand même indissociable d’un projet de rénovation, qui ne consisterait sinon qu’à détruire sans reconstruire… Sauf bien sûr à considérer que le projet ne concerne qu’un espace géographique donné et pas les habitants qui vivent dedans.


Sur la participation financière de l’ANRU à la rénovation

Dans Le Parisien, Jean-Marc DEFRÉMONT dit :

« En examinant le projet, nous nous sommes rendu compte que l’État ne finançait que 10 % contre 25 % en moyenne, soit un reste à charge de 30 millions d’euros pour la ville et l’établissement public territorial Grand Orly Seine Bièvre. C’est énorme et hors norme. Je ne vais pas commencer à signer des chèques en bois »

Dans sa réponse, M. KACZA nous écrit :

« Je vous confirme que les montants validés dans la déclaration d’engagement signée en 2019 sont toujours d’actualité, notamment une subvention Anru de 37,6 M€. »

Il précise :

« Le maire de Savigny fait certainement référence au taux de subvention accordée aux opérations dont la ville de Savigny est maître d’ouvrage, qui est effectivement fixé à 10%, bien que pour plusieurs opérations une majoration de 15 points a été accordée. »

Là encore, M. DEFRÉMONT semble s’emmêler les pinceaux, puisque non content de mélanger financement global du projet et financement des opérations dont la Ville est maître d’ouvrage, il dissimule honteusement des opérations pour laquelle la majoration a été accordée, dont la révélation coupe court à son discours victimaire !


Sur le reste à charge pour la Commune

Dans le Parisien, M. DEFRÉMONT évoque :

« un reste à charge de 30 millions d’euros pour la ville et l’établissement public territorial Grand Orly Seine Bièvre. »

Dans sa réponse, M. KACZA nous confirme le montant, tout en nous précisant qu’il s’agit d’un reste à charge cumulé.

D’où que j’étais personnellement resté sur un montant de 24 millions € à la seule charge de la Commune, par rapport aux éléments qui m’ont été communiqués en 2019.


Sur les amendements au projet

Enfin, M. DEFRÉMONT présente plusieurs révisions, qui semblent actées lorsqu’on le lit.

« La nouvelle équipe explique avoir revu le projet : « Nous changeons le mode de chauffage en passant de la biomasse et du gaz à la géothermie, plus économe. Nous allons nous connecter sur les réseaux de chaleur de Grigny, Ris-Orangis et Viry-Chatillon. Nous voulons aussi renforcer le nombre de locaux commerciaux. » »

Or, tant l’ANRU que 1001 Vies Habitat nous ont confirmé qu’une nouvelle instruction en comité d’engagement était programmée pour la fin du mois de septembre [2021], laquelle et seulement celle-ci, permettrait de statuer sur les modifications du dossier et les demandes complémentaires.

Là encore, le maire semble donc s’avancer un peu vite, et annoncer à la population des évolutions acquises, alors qu’elles sont encore loin de l’être… Ce n’est pas très loyal.


Dans un prochain article, actuellement mis en pause à la demande de 1001 Vies Habitat pour leur laisser le temps de me fournir les chiffres les plus précis possible, et je les en remercie par avance, je vous dévoilerai la répartition des sommes qui seront investies dans le projet par le bailleur.



 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.