La Casa de Papel : une saison 4 sans fin qui laisse sur sa faim (attention divulgâchage)

Publié par

Une fin qui n’en est pas une et qui déçoit. Tous les éléments sont réunis pour une cinquième saison, et paradoxalement, il vaudrait peut-être mieux que cette saison 5 n’existe pas, tant les saisons 3 et 4 sont faibles par rapport à la fraîcheur des saisons 1 et 2 (qui n’étaient pas financées par Netflix).

J’ai commencé à regarder La Casa de Papel quand Raquel GARRIDO était dans son délire de surnommer Jean-Luc MÉLENCHON le Professeur. Je me devais donc de savoir qui était ce Jean-Luc MÉLENCHON espagnol.

Ainsi que pour démonter cette affirmation selon laquelle dévaliser la réserve nationale, ce n’est pas prendre l’argent des gens, parce qu’on sait très bien qu’un État qui serait dévalisé remplirait ses caisses avec l’argent du peuple, et des pauvres en priorité.

Petite parenthèse, il suffit juste de regarder la levée de bouclier de ceux qui réfléchissent au retour de l’ISF (4,2 milliards € de recettes en 2017) pour financer les hôpitaux, par les mêmes qui applaudissent tous les soirs à 20 heures !


Même si les créations visuelles et les travail de l’image sont toujours aussi magnifiques, voire peut-être plus que sous les saisons 1 et 2, et qu’il y a aussi deux belles scènes de fusillades, c’est comme pour The Irish Man, je ne vois pas où est passé l’argent de Netflix.

Alors que le respect qu’il pouvait y avoir pour le Professeur tenait de sa capacité de joueur d’échecs à avoir toujours six ou sept coups d’avance, il se retrouve globalement dépassé en permanence, à courir après le temps. Il n’y a plus cet aspect jouissif de ressentir qu’il avait tout prévu, et qu’on ne retrouve que dans les deux derniers épisodes avec ses sept missiles. Et puis, il n’y a la musique de Bella Ciao qu’une seule fois, pendant pas très longtemps !

Et puis surtout la série s’est endormie dans le politiquement-médiatiquement correct. Même s’il n’y a toujours pas de noirs, d’Arabes, de jaunes ou de tout ce qui n’est pas blanc, la saison se veut féministe et genrée, abordant l’homosexualité, le changement de sexe, le don de sperme, la PMA, le droit des femmes et la lutte contre les viols. Elle se politise trop !

Alors qu’à côté, les scénaristes ne prennent pas de risques : un seul personnage clé qui meurt, quelques nouveaux personnages mais aux rôles très limités, les plus populaires comme Nairobi et Helsinki volontairement valorisés par rapport à ceux détestés de Tokyo, Palerme ou SIERRA.

Et puis le rôle de la foule devait être mis en avant, alors qu’à part le groupe de militants réactifs qui colle des affiches, les gens sont juste intéressés par les millions d’euros balancés.

Si certains trouvent plus de place comme Marseille ou ce pervers narcissique de Arturo ROMÀN (dont personne n’interroge le stress post-traumatique), on ne comprend pas bien à quoi servent certains dont on s’attarde sur l’histoire comme Mathias (pourquoi n’a-t-il pas de prénom de ville ?), ou Manille. Et pourquoi le personnage de Tatiana n’est-il pas exploité ? À côté, on se plaît à revoir Berlin, Oslo et Moscou.

Pour le reste, il y a beaucoup d’incohérences (l’inspectrice qui sait que Nairobi n’est pas morte, les policiers qui ne voient pas l’abreuvoir retourné GANDIA qui refuse de tuer trois personnages, le sport pour « activer » le cerveau, Palerme aveugle qui semble voir normalement, Nairobi qui est en pleine forme après s’être fait retirer la moitié du poumon…) ce qu’il pouvait faire, et les flashbacks permanents perturbent ceux qui ne sont pas à fond dans la série. Au fait, cette série n’est pas transposable en France puisque nous n’avons plus de cabines téléphoniques…


En conclusion, une saison moins addictive que les précédentes parce que le Professeur semble moins fort, et l’équipe, trop dépassée et trop divisée. Il y a comme une perte de l’ADN de la série originale, et c’est pour cela qu’il vaudrait sûrement mieux arrêter là, pour que tout en nous laissant sur notre faim, chacun puisse écrire sa propre fin, très souvent la meilleure.



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.