Mais si Jeremy CORBYN avait simplement sauvé le Labour ?

Publié par

Les élections générales (législatives) de 2019 furent pour le parti travailliste britannique (le Labour) leur plus grosse défaite historique, au moins depuis 1935. Elles précipitèrent la chute de Jeremy CORBYN. Paradoxalement le même homme qui permettra au Labour de se relever à plus ou moins longue échéance, même si la morale de l’Histoire reste qu’une élection se gagne au centre.

Il convient d’abord de retenir des élections que les Britanniques n’ont pas voté contre le Labour mais par cohérence, et pour assurer la continuité de l’État, afin qu’enfin le Brexit se réalise, ce que les conservateurs étaient les seuls à réellement porter (l’UKIP s’étant auto-sabordé).

Le Labour paie aussi que les Irlandais, mais surtout les Écossais (historiques) et aussi les Gallois votent de plus en plus pour des partis nationalistes ; et que comme aux États-Unis d’Amérique, les travailleurs pauvres ont arrêté de voter pour ceux qui ont vendu leur outil de travail à l’étranger dans le cadre de la mondialisation. Comme partout en Occident, les travaillistes d’aujourd’hui ne sont plus les pauvres mais les bo-bos.

Je ne vais enfin pas faire mon Jean-Luc MÉLENCHON : la polémique d’un nouvel antisémitisme dans un Labour islamophile ne semble avoir que peu influencé les votes, même si elle a rendu la campagne de CORBYN complètement inaudible, lequel passait son temps à s’excuser.


Aujourd’hui, les conservateurs ne sont pas aimés. Ils apparaissent comme étant les moins pires, mais Boris JOHNSON est catastrophique. À se demander pourquoi il voulait autant le pouvoir, alors qu’il se révèle finalement peu capable de l’exercer, et que sa méthode se résume à de la communication. Toujours est-il qu’il sait manœuvrer.

Les Libéraux-démocrates ont eu leur chance. Ils ne l’ont pas saisie, et se sont également viandés sur ses élections. Donc le Labour reste la principale opposition, avec des personnes qui ont fait le job, à l’image de Keir STARMER, nouveau chef du parti travailliste.

À plus ou moins longue échéance, les travaillistes reviendront dans le jeu. Et les cadres de ce parti seront, comme aux EUA avec Bernie SANDERS, la génération CORBYN. Celle qui assume d’être de gauche et socialiste, parce que dans son imaginaire, cela ne renvoie pas à l’URSS, qui faisait autrement plus peur à cause de la bombe atomique, que pour le risque de la mise en place d’un système de répartition équitable des richesses, que l’on ne l’a jamais vraiment vu nulle part (peut-être à Cuba entre 1958 et 1959 et sous le Chili de PINOCHET ?).

Et en renouvelant les cadres, en faisant adhérer les jeunes, en convertissant le Labour à l’écologie et aussi en permettant aux enfants d’immigrés de prendre leur place dans le parti (et d’être autre chose que des voix), CORBYN a fait ce qu’il faut pour que les travaillistes se retrouvent seuls capables de gérer dans cinq à dix ans. Parce qu’il n’y a pas de renouvellement au parti conservateur, un peu plus chez les Whigs (Lib-Dems) mais ils plafonnent à 10. Et les Tories ont besoin de faire dégager la génération JOHNSON, et de se prendre une bonne défaite, pour se réinventer.


En conclusion, et comme Bernie SANDERS, parce qu’il y a un problème générationnel par rapport à ce qu’est le socialisme, CORBYN ne pouvait pas gagner.

Par contre, ses idées vont gagner dans les années à venir, et c’est pour cela que son bilan à la tête du parti travailliste n’est pas si mauvais.

Encore une fois, à la condition que le Labour aille aussi chercher des voix au centre, sans quoi ils continueront d’être marginalisés, de leur propre fait.

Mais paradoxalement, ils avaient besoin d’en passer par là, et le parti a beaucoup évolué pendant ces cinq ans, et j’ose penser qu’on en verra bientôt les fruits.



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.