L’EPT GOSB bientôt condamné à communiquer et publier son grand livre budgétaire 2018

Publié par

À l’heure où paraît cet article débute l’audience au Tribunal administratif de Melun à l’issue de laquelle doit être jugée ma demande de communication et de publication du grand livre budgétaire 2018 du Territoire.

Et je suis plutôt très serein pour présenter mes observations orales !

Pour rappel, l’EPT a déjà été condamné, sur ma requête, par un jugement du 08 décembre 2020 à communiquer et à publier leurs grands livres budgétaires 2016 et 2017.

Dans mon mémoire, j’ai aussi fait le petit bâtard et j’ai feint de m’étonner que pour des gens qui prétendent avoir des valeurs républicaines et des vertus communistes (☭☭☭☭), ils n’étaient pas très transparents. Ils devraient pourtant spontanément le faire !


Là où je suis content est que je m’améliore en droit administratif, puisque la rapporteure publique conclut favorablement à trois de mes quatre conclusions, rejetant en fait comme à chaque fois ma demande de frais de Justice, en tant que j’agis sans avocat.

Elle rejette également l’intégralité des conclusions du président de l’EPT.

En fait, si j’étais malhonnête, j’utiliserai un avocat comme boîte aux lettres, même s’il n’a rien fait, juste pour percevoir le remboursement des frais de Justice (qu’il n’y a en réalité pas à prouver). Aujourd’hui, c’est trop tard, mais je me rattrape en faisant l’écrivain public.


Comme à chaque fois, l’EPT se défend avec les mêmes arguments inopérants, et comme toujours, j’utilise les mêmes contre-attaques.

  • L’EPT dit que les comptes administratifs sont déjà publics donc qu’ils n’ont pas besoin de publier les grands livres qui retracent chaque dépense et chaque recette.

==> Je leur réponds de commencer par publier une comptabilité analytique pour qu’on y voit plus clair dans le détail. En l’absence, je suis fondé à demander les grands livres.

  • L’EPT ensuite dit qu’il ne peut pas communiquer et publier parce qu’il y aurait des données bancaires et des RIB.

==> Je leur réponds qu’ils ne doivent pas savoir ce que c’est qu’un grand livre budgétaire : juste des lignes avec une date, un numéro de mandat, un client ou un payeur et un objet. Je leur propose surtout de prouver leur dire par une communication non-contradictoire, et évidemment, comme c’est faux, ils ne s’y essaient jamais…

  • L’EPT dit encore que les documents ne sont pas numérisés.

==> Je leur réponds que c’est pourtant le format sous lequel ils communiquent ces documents au 1er janvier à l’ordonnateur public… C’est une obligation règlementaire.

  • L’EPT dit que les livres sont trop lourds pour pouvoir être publiés.

==> Donc j’ai fait un petit calcul selon lequel un livre doit peser 20 Mo. Je me suis connecté sur la page des délibérations et j’ai vu qu’ils en publiaient qui atteignaient 25 ou 30 Mo. Donc ils ont la place s’ils veulent !

  • Enfin, l’EPT dit que je fais trop de demandes et de recours.

==> Manque de chance pour eux, c’était mon avant-dernier recours (le dernier étant celui contre le PLU de Savigny qui a été renvoyé à Versailles) et l’objet de ma dernière demande de communication auprès de leur administration.

Je conclus d’ailleurs de manière très amère sur le fait que je n’ai pas demandé la communication des grands livres 2019 et 2020 parce que c’était juste une expérimentation citoyenne. À la fois une réussite parce que j’aurais obtenu ces documents par l’entremise du Tribunal. Mais un échec parce que l’administration ne le fera jamais spontanément, comme elle devrait pourtant le faire en démocratie…





Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.