Décès de Valéry GISCARD D’ESTAING : la vraie fin des Trente Glorieuses

Publié par

C’est d’abord la génération de mes grands-parents nés en 1924, 1925 et 1928 qui s’en va toujours un peu plus avec le départ de GISCARD né en 1926. C’est ensuite la génération aux affaires sous laquelle mes parents ont grandi.

C’est ensuite une partie de ma jeunesse avec ses livres politiques que mon grand-père, bien que chiraquien, possédait tous, les compilations des dessins de presse de FAIZANT dans Le Figaro, le sketch de Thierry LE LURON qui passe en boucle et le fameux « Au revoir ».

Ce sont aussi tous ces films policiers ou ces comédies françaises qui se passent sous GISCARD : les Bronzés, Coluche, les Sous-doués… Et qui marquent notre mémoire et notre culture, même inconsciemment.


VGE, c’est la dernière fois que les Français (de droite) auront été heureux.

Ceux de gauche auront deux ans de prolongation avec l’élection de MITTERRAND, puis quand MAUROY aura fini de vider les coffres de la rue de Rivoli à cause de la « désastreuse gestion de Raymond BARRE », « le meilleur économiste de France », le tournant de la rigueur les amènera dans la même sombre réalité avant l’apparition du SIDA en 1984-1986 qui mettra un terme au mouvement de libertés né en 1967-1968.

C’était finalement les dernières années de la meilleure époque récente qui soit, car les Français n’étaient pas encore touchés par les conséquences des chocs pétroliers et de la crise économique. La fin de l’insouciance. L’arrivée sans encombre sur le marché du travail de la génération des derniers Baby Boomers. La dernière époque d’une France blanche qui ne se posait pas encore trop de questions sur l’immigration, l’intégration, le terrorisme, dans l’euphorie de l’après-Guerre, débarrassée de l’Algérie et avant le dernier volet de la Guerre froide.


On parle beaucoup de la défaite de VGE à la présidentielle de 1981. Mais quand on reprend les sondages et les résultats, GISCARD n’a perdu que parce que CHIRAC a demandé aux militants du RPR de ne pas voter pour lui pour le détruire et préparer sa place qui n’arrivera qu’en 1995 pour finalement ne rien faire.

On parle beaucoup moins que la droite française en 1974 a choisi le libéralisme de VGE face au gaullisme de Jacques CHABAN-DELMAS qui était paradoxalement perçu comme trop à gauche. En cela, c’est aussi la droite qui a préparé sa future perte en s’enferrant dans le libéralisme économique ; ô suprême trahison en choisissant celui qui défendait le « oui mais » au référendum de 1969, que beaucoup se sont arrangés de voir comme un « non ».


VGE est un homme que les Français auront adoré détester. Parce qu’il faisait trop aristocrate. Parce qu’il avait des tics de langage. Parce qu’il a abîmé la fonction présidentielle à vouloir se faire trop proche du peuple.

Une partie de la droite ne lui a jamais pardonné certaines de ses réformes sociétales ni d’avoir déclassé la France dans le concert des nations. C’est pourtant le dernier président français qui couchait sans complexe avec les femmes de ses homologues africains.

Mais avec le recul, lorsqu’on regarde qui on a maintenant pour conduire le pays, et qu’on voit que la situation économique s’est bien dégradée, alors dans ces conditions, on regrette GISCARD. Mais on ne le regrette pas tant pour sa politique ou sa personne que pour l’époque qui a été la dernière plus apaisée que nous pouvons encore imaginer et connaître.



4 commentaires

  1.  » GISCARD a sûrement plus profité de la femme que des diamants de BOKASSA » => je t’ai envoyé en MP la photo du couronnement avec la « belle ». Je te le dis tout de suite. Ce n’est pas Google mais ma mémoire qui m’a fait retrouver la photo dans un mes vieux livres.

  2. Il sera resté plus de 39 ans président de la république en retraite, belle performance ! Pourquoi ne cites-tu pas le regroupement familial, l’affaire des diams de Bokassa ou l’hébergement plus que complaisant à Neauphle le Château de l’islamiste Khomeyni ?
    Quand axu 30 glorieuses, elles se sont arrêtée en 1973 ! N’oublie pas qu’à cette époque l’URSS était toute puissante avec Brejnev à sa tête et qu’on avait pas envie de rire avec ça.

    Pour soutenir ma pensée que le COVID ne tue pas tant que ça, je suggérais d’observer la classe politique très peu impactée. J’illustrais mon propos avec Giscard et Le Pen qui sont encore vivants … Qui sera le prochain ?

    Desproges avait fait une citation audacieuse à propos des décès de Georges Brassens et surtout de Tino Rossi. On n’en vient à vraiment regretter que les restos soient fermés dont notamment Léon de Bruxelles !

    1. Ah, le regroupement familial (qui est une idée de CHIRAC) que MACRON a élargi aux frères et sœurs en 2018 !

      Avec le recul, je n’ai pas l’impression que les affaires ont eu tellement d’influence sur son électorat. D’autant que GISCARD a sûrement plus profité de la femme que des diamants de BOKASSA.

      Quant aux Trente Glorieuses, la majorité des Français ne les ont pas vues se terminer avant 1979. Oui, elles n’étaient plus là. Mais leurs conséquences étaient plus sensibles au niveau des entreprises et de l’État que des particuliers.

      Enfin, l’URSS n’est redevenue une menace que dans le jeu que REAGAN leur a imposé. Avec FORD puis CARTER, c’est la Détente puis la Guerre fraîche. C’est entre 1982 et 1984 qu’on a plusieurs fois failli connaître la troisième Guerre mondiale.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.