Sur la proposition de loi de réforme de l’adoption pour les couples pacsés ou en concubinage

Publié par

Petit rappel liminaire : en France, les couples mariés, qu’ils soient homosexuels (depuis 2013) ou hétérosexuels, peuvent adopter.

Sauf que dans les faits, les homosexuels n’arrivent pas à adopter parce que, heureusement selon moi, la France nazie priorise les hétérosexuels.

Je me dois de préciser à ce stade que je ne pense pas que les homosexuels ne soient pas capables d’élever un enfant ; en tout cas pas plus ou pas moins que les hétérosexuels.

Juste que je trouve plus légitime que des gens qui ne peuvent pas avoir d’enfants alors qu’ils devraient pouvoir en avoir naturellement parce qu’ils sont hommes et femmes, soient priorisés par rapport à des gens qui ne peuvent naturellement pas avoir d’enfants.

La raison étant, davantage qu’une discrimination, que maintenant que tout le monde avorte, il n’y a plus d’enfants à adopter (enfin, les bébés, les petits, les mignons, ceux qu’on va voir grandir, pas les trucs passés 3 ans qui vont commencer à te juger).

Et donc il n’y a déjà que 15 % des couples mariés hétérosexuels qui arrivent à adopter en France, des pupilles de la Nation compris, selon les chiffres de l’UNICEF.

Et donc à peine plus de 0 % des couples mariés homosexuels. En fait, je n’en sais rien précisément puisque ce genre de statistiques par type de couples sont interdites. Ce sont juste les témoignages des homosexuels qui disent qu’ils n’arrivent pas à adopter.

Et on a les députés LaREM, qui ne parvenant à rien sur le plan économique, social ou sanitaire, n’ont rien d’autre à foutre que de proposer une nouvelle loi sociétale pour permettre à encore plus de monde d’adopter des enfants qu’il n’y a pas.


Alors déjà franchement, pourquoi on s’emmerde avec l’adoption ?

Mais qui veut encore adopter un gamin qui n’est d’aucun des deux parents et qui arrivera déjà âgé au mieux de quelques mois quand on peut maintenant en faire fabriquer un, disponible à la naissance, qui en plus aura le matériel génétique de l’un des deux parents ?

Et ce sera même légal en 2026, quand il faudra trouver un truc à mettre dans la loi de bioéthique, qui doit obligatoirement être révisée tous les cinq ans.

Mais en attendant, on peut le faire à l’étranger. Et même que la Cour de cassation reconnaît la nationalité des enfants nés à l’étranger illégalement par GPA !

Vivement sinon « Le meilleur des mondes » que ces enfants puissent être fabriqués ex nihilo.


Ensuite, personne n’a donc rien à foutre des conventions internationales sur la protection des droits de l’enfant, qui lient et engagent la France, mais que beaucoup de pays ont déjà violé pour le mariage pour tous ?

Ces textes (Déclaration des droits de l’enfant de 1959 et Convention internationale des droits de l’enfant de 1989) disent de manière plus ou moins explicite que ne peuvent adopter que les couples, homme et femme, mariés.

Donc à quoi bon faire une loi qui enfreint les textes internationaux, sinon parce qu’on sait que personne ne les fera respecter ?


Après, comme souvent en France, on n’est plus capable de faire des lois simples sur un seul sujet avec Article I « nouvelle règle » et Article II « Punition de l’infraction à la nouvelle règle ».

Non, il faut qu’on rajoute un maximum de cavaliers législatifs qui n’ont rien à voir avec le sujet principal de la loi ; ici, le statut des pupilles de l’État ou l’âge minimum pour pouvoir adopter.

C’est tenter de faire passer des petits sujets consensuels pour imposer une nouvelle règle qui participe un petit peu plus au bouleversement anthropologique en cours ; accessoirement les motifs pour lesquels les islamistes viennent nous tuer.


Enfin, une réflexion, si on poussait la logique jusqu’au bout, il faudrait permettre aux enfants de faire condamner leurs parents quand ils se séparent. Peut-être que les indemnités pourraient les consoler de la séparation de ses parents, lesquels seraient certainement aussi frileux que le Gouvernement face au Covid-19 s’ils étaient responsables pénalement de leur couple…



3 commentaires

  1. Lorsque des homosexuelles femmes veulent un enfant, elles passent par la Procréation Médicalement Assistée, l’enfant est déclarée par sa mère biologique. Sa maman marital devait l’adopter pour avoir les droits parentaux. Le mariage a amélioré leurs droits familliaux.

    C’est plus compliqué pour des homosexuels hommes mais à peu près le même schéma à l’arrivée de l’enfant. Les couples homosexuel(le)s veulent principalement adopter leurs enfants légitimes afin d’être reconnu(e)s dans leurs droits parentaux.

    Les couples homosexuel(le)s ne veulent pas adopter pour adopter, ils veulent adopter les enfants qui sont les leurs.

    1. Oui, c’est aussi l’expérience que j’en ai. Ils vont le plus souvent au Canada, qui est plus facile d’accès, sinon en Belgique. Tout est encadré par contrat, y compris ce qu’il advient si l’un des adoptants meurt ou si l’enfant est handicapé…

  2. Un monde absurde, schizophrène, dans pratiquement tous les domaines. Oui, c’est pour tout cela que les musulmans haïssent les européens, eux qui font le maximum d’enfants à leurs femmes…Mais il faut qu’ils sachent que ce sont les gouvernants et tous les dégénérés en Europe qui souhaitent ce monde de dingues, pas la majorité des populations européennes…trahies par leurs dirigeants simples exécutants du mondialisme…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.