Proposition de traduction française pour « So many man So little time » (Miquel BROWN, 1983)

Publié par

J’entendais ce vinyle à la radio sans en comprendre les paroles, puisque je ne parle absolument pas anglais. Et je suis donc allé regarder sur internet, par curiosité.

Première surprise : personne ne semble s’être essayé à la traduire en français.

Deuxième surprise, et peut-être une explication en lien avec la première surprise, c’est une chanson gay, écrite à l’origine pour être jouée dans les clubs gays londoniens.

Interprétée par une femme (la Canadienne Michael BROWN),

noire (je ne suis pas certain qu’en 1983, on aurait pu le donner à chanter à une blanche ; ce n’est pas comme si cela fait 2500 ans qu’on hyper-sexualise les noirs pour les réduire à l’état d’animaux)

dans la bouche de laquelle ces paroles prennent un tout autre sens.

Car pour l’époque de libération sexuelle (on est 1 an avant le SIDA, il faudra attendre 1984 pour prendre globalement conscience que le sexe ne donne pas que la vie), cela passait quand même mieux l’histoire d’une nymphomane, qui plus est une « singesse », qui veut se taper un mec par jour, qu’un homo qui revendique haut et fort de vouloir enchaîner les aventures sans lendemain. Ou plutôt on ne l’a pas fait parce que cela n’aurait pas été commercialisable.

Il suffit enfin de regarder le clip vidéo pour comprendre à quel public s’adressait ce titre, en repensant qu’après le temps des peplums qui s’est arrêté en 1964 avant de reprendre en 2000, tous les films où l’on voyait des torses nus (et bodybuildés) étaient généralement réservés ou d’abord diffusés ou seulement trouvables dans des salles de cinéma gays.

Bref, je me suis essayé à traduire »So many man So little time ».


5, 10, 20, 40, 50, 60, 70, 80, 85, 90, 95…

It’s morning, i open my eyes

C’est le matin, j’ouvre les yeux

And everything’s still the same

Tout est toujours pareil

I turn to the guy who stayed last night

Je me retourne vers le gars avec qui j’ai passé la nuit

And asked him « What’s your name? »

Et je lui demande « Quel est ton nom? »


This seems to happen more and more

Cela semble m’arriver de plus en plus souvent

I love those men one and all

J’aime tous et chacun de ces hommes

Each new one i meet makes my heart beat fast

Chaque nouvelle rencontre fait battre mon cœur plus vite

When i see them so strong and tall

Quand je les vois si forts et si grands


REFRAIN

So many men, so little time

Autant d’hommes mais si peu de temps

How can i lose ?

Comment ne pas en perdre ?

So many men, so little time

Autant d’hommes mais si peu de temps

How can i choose?

Comment puis-je faire un choix ?


They tell me i’m up to no good

Ils me disent que je ne suis plus bonne à rien

I should just settle down

Que je ferais mieux de me caser

But i don’t wanna stay with just one man

Mais je ne veux pas rester avec un seul homme

I wanna sample what’s around

Je veux tous les essayer.


Feels like heaven every night

Connaître le paradis tous les soirs

Being here with someone new

Chaque fois avec quelqu’un de nouveau

Physical thrill, a beautiful smile, and wonderful muscles

L’excitation, leur beau sourire, leurs muscles saillants

too

Encore


5, 10, 15, 20, 25, 30, 35, 40, 45, 50, 55, 60, 65, 70, 75, 80, 85, 90, 95

So really who cares about love ?

Alors vraiment qui en a quelque chose à faire de l’amour ?

Who wants that freedom taken away ?

Qui veut perdre sa liberté ?

For fifty-two weeks of every year there’s a new man

Quand il peut avoir un nouvel homme les cinquante-deux semaines de l’année

everyday

Chaque jour


It’s too many choices to make up my mind

J’ai trop de choix.

So many men can turn on my light

Il y a tant d’hommes qui peuvent m’intéresser

Don’t want true love

Je ne recherche pas le grand amour

Don’t want friends

Je ne veux pas d’amis

Just give me their bodies tonight

Je veux juste qu’ils me donnent leurs corps ce soir.



4 commentaires

  1. En 1983, une tentative maladroite d‘exporter les chansons en les adaptant au contexte social de l’époque. Croyant oeuvrer en faveur de la libération de la femme, ils ont exporté en même temps les idées reçues sur l’homosexualité et la libération de la femme.
    Les homosexuel(le)s comme tous les couples aspiraient et aspirent toujours à une vie de famille stable en toute discrétion, loin des clichés véhiculés par les médias pour faire vendre.

    Plusieurs idées sont abordées dans ton topic : L’homosexualité, la liberté de la femme et la discrimination. J’approuve ton initiative de revenir sur les erreurs de nos aînés pour aborder des sujets d’actualités.

  2. Et d’ajouter que face à ces inconscistences artistiques, une appli géniale vient de voir le jour qui enlève le chanteur et ses inepties de la base musicale, c’est Spleeter https://www.remove-vocals.com/:
    (et Joyeuses Pâques que ce soit en milieu urbain confiné ou sur orbite)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.