Archives : le discours d’au revoir de Pierre GUYARD au Conseil municipal de Savigny-sur-Orge

Publié par

La Commune n’ayant pas daigné enregistré le message d’au revoir de Pierre GUYARD, je le retranscris ici, accompagné de la vidéo de ce passage, au support d’un futur article. Dans un souci de place et de fluidité, il m’est apparu nécessaire de commencer par cette étape avant de pouvoir dresser ensuite mon commentaire critique. Je rajoute également la réaction du maire à ce discours, éclairante en de nombreux aspects…


[Pierre GUYARD] : Mes chers collègues,

Un petit mot effectivement ce soir après ce conseil fin 2019 pour vous dire à la fois au revoir et pour vous dire merci.

Au revoir parce qu’un certain nombre d’entre vous le savent, j’ai, nous avons, avec ma compagne qui est là, décidé de quitter Savigny.

Cela ne se fait pas facilement pour l’homme que je suis, mais c’est un choix de vie, c’est un choix qui est né de cette difficulté que je ressens aujourd’hui d’être des femmes et des hommes d’engagement face à des exigences de population qui sont de plus en plus importantes, qui sont parfois de plus en plus violentes.

Et au-delà du fait que je suis un socialiste, que je reste un socialiste et un homme engagé, je suis d’abord et avant tout un républicain et un démocrate.

Et je pense que cette démocratie, cette République ne vivra que par le respect qu’on se doit à soi-même, et qu’on doit aux autres.

Et voilà, je voulais exprimer et vous demander de continuer d’agir, tous autour de cette table, et celles et ceux qui sont dans la salle, et qui peut-être seront autour de cette table après mars 2020 dans le respect de la République, de faire vôtre – je perds un peu mes mots, fatigué ce soir – la devise de la République.

La liberté, c’est la liberté de parole. Alors effectivement, en début de mandat, cela n’a pas été toujours facile de laisser la parole aux uns et aux autres par des choix très durs que vous avez pu faire. Mais je dois constater que cette liberté de parole a, ce soir encore, été respectée.

L’égalité, c’est l’égalité de traitement entre toutes celles et tous ceux qui sont autour de cette table, mais aussi, et je pense que c’est encore une attente, en tout cas pour nous, une égalité de traitement de l’ensemble des Saviniens, quelque soit leur quartier, quelque soit leur histoire, quelques soient leurs opinions bien évidemment et leurs cultures, et origines diverses et variées.

Et enfin, et c’est pour moi un élément essentiel, et ce qui va amener à la petite séance qui va suivre, la fraternité parce que effectivement l’engagement, la passion sont importantes. Mais encore une fois, ce qui fait le sel des Français, c’est de pouvoir se retrouver. Cela devient de plus en plus difficile. Mais de pouvoir se retrouver à partager des moments de fraternité, c’est comme cela qu’on fait société, c’est comme cela qu’on avance. Pas dans la confrontation, pas dans la violence.

Et donc pour toutes ces raisons, à la fois merci, à la fois au revoir, et si vous me permettez de vous offrir un petit pot de l’amitié avant cette fin d’année.

Merci.


[Éric MEHLHORN] : Mon cher Pierre,

Maintenant, on peut reprendre certaines habitudes.

La séance étant levée, je peux t’appeler Pierre, et plus Monsieur GUYARD.

En tous les cas, merci pour ce mot. J’imagine ô combien ce passage a pu être particulier, en tous les cas quitter la commune de Savigny peut être une chose particulière.

Tu évoques la fatigue, je pense qu’il y a néanmoins aussi une partie d’émotion.

Sache qu’en tous les cas, j’aurais particulièrement apprécié l’ensemble des échanges que nous avons pu avoir autour de cette table, en commissions, en conseil municipal, et dans d’autres lieux, étant donné que nous fréquentons des régions par des attaches bien différentes où l’on a de temps en temps l’occasion de se croiser.

En tous les cas, je voulais simplement te remercier pour ta contribution pendant ces 5 années 3/4 parce qu’il en reste encore 3 mois.

Voilà, et je vous renouvelle mes vœux pour d’excellentes fêtes de fin d’année.

Et bonne soirée.



2 commentaires

  1. « éclairante en de nombreux aspects… » : Moi, j’ai aussi très bien compris le sens (même pas caché) de son discours fait au cordeau … Tiens, au fait tu connais la blague du tabouret à trois pieds retourné ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.