Élections municipales 2020 à Morangis : l’intervention d’Olivier VAGNEUX n’est pas admise sur la forme

Publié par

Le préfet de l’Essonne contestait l’élection municipale de Morangis pour une erreur matérielle mineure (un nom oublié sur le procès-verbal de proclamation des résultats).

Du détail, même si j’aurais aimé dans ces conditions qu’il défère également les procès-verbaux litigieux à Savigny, dans lesquels une colistière d’Antoine CURATOLO a signalé qu’elle n’avait jamais voulu faire partie de sa liste, ou que la commission de contrôle des opérations électorales (la fameuse Cocoe) était intervenue sur le bureau de vote no 16 pour faire cesser une manœuvre du fraudeur Alexis IZARD. Mais là, il n’y avait plus personne…

Et donc j’en ai profité, comme pour MEHLHORN, pour intervenir aux fins de dire que VERMILLET avait commis un tract avec l’argent du Département, que c’était illégal, qu’informé de cela quelle que soit ma qualité, le Tribunal devait faire application de l’article L. 118-2 du code électoral, et diminuer le montant du remboursement de la candidate (voir page 2 du jugement).

Le Tribunal refuse l’obstacle en justifiant que je n’habite pas la commune. J’avais pourtant précisé en être riverain et que l’élection m’intéressait relativement au conseil communautaire. Toujours est-il que cela lui évite de devoir se prononcer sur le sujet.

Qu’à cela ne tienne, de toute façon, je citerai VERMILLET, IZARD et MEHLHORN à comparaître devant le Tribunal correctionnel pour leurs fraudes électorales, et on règlera cela au pénal, avec des dommages-et-intérêts à la clé pour les candidats lésés.

Je précise donc ici que je n’irai pas en appel devant le Conseil d’État. Je n’agissais qu’à titre incident du déféré préfectoral sur la base de l’engagement de la responsabilité partagée de MEHLHORN ET de VERMILLET dans la commission de ce tract. Prenez-nous vraiment pour des cons de ne pas savoir que c’était interdit ! J’ai tenté et j’ai ma conscience pour moi.

L’expérience aura été intéressante en tant qu’il s’agissait de mon premier mémoire en intervention. Mais le plus amusant est la réaction de la Commune de Morangis, avec un conflit d’intérêt énorme, parce que l’argent des Morangissois n’a pas à servir à défendre l’élection de Brigitte VERMILLET, qui constitue avocat cinq jours après mon intervention…

Ils ont juste vu mon nom, ils ont eu peur. Je me fais ma petite réputation.








Un commentaire

  1. C’est fou comme ces élus ne sont pas certains d’eux-mêmes, conséquence évidente de l’amateurisme, de l’euphorie etc…à une époque ou l’image et l’émotion ont pris le pas sur le sérieux et la force de la détermination. Oui, vous commencez à vous imposer et ces élus s’inquiètent de vos connaissances concernant les arcanes des élections et des lois dont ils se foutent tous…Ils vous considèrent comme un « empêcheur de tourner en rond »… Et ainsi de pouvoir faire leurs petites affaires entre eux…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.