Robin REDA le lâche veut désormais légaliser le cannabis… deux ans après avoir durci la législation contre ceux qui en consomment

Publié par

La paternité, cela vous change un homme !

Au point de lui faire perdre toutes ses convictions, si tant est qu’il n’en ait jamais eu, en l’occurrence sur le sujet de la pénalisation de la consommation de cannabis.

Après avoir durci la loi en 2018, l’ancien consommateur de cannabis (il l’avoue lui-même dans le reportage de Quotidien), veut carrément LE LÉGALISER ! Conversion radicale !


Ah, quand je pense à tous ces candaules d’électeurs de droite qui ont voté REDA parce qu’il pensait soutenir un candidat de droite…

Il fallait d’ailleurs les écouter quand REDA, par sa seule proposition de loi médiatisée, avait inventé une nouvelle amende de 200 euros pour punir les consommateurs, laquelle je le précise, ne s’inscrivait pas dans un effort de dépénalisation (qui est personnellement ce que je soutiens pour les seuls consommateurs, tant que leur consommation ne porte pas à conséquence).

Bizarrement, on ne les entend plus, à l’exception peut-être des putes qui sont de toute façon d’accord avec tout ce que dit et fait Robin, sans vouloir voir la contradiction entre les deux positions extrêmes. La race de gens la plus dangereuse pour la démocratie.


Mais au-delà du seul coup de communication qui lui permet d’exister comme le député de droite qui est pour la légalisation du cannabis, c’est bien la lâcheté de Robin, exprimée dans la pauvreté intellectuelle de ses arguments, qui est contestable.

Alors, je passe sur : « Le cannabis, c’est une plante. » qu’il lâche dans son bureau de l’Assemblée, dans lequel il a amené le journaliste, juste pour montrer qu’il lit des livres de 1 500 pages ! Mais c’est surtout son affirmation qu’on va assécher les trafics en légalisant…

Ce qui est d’ailleurs exactement comme tous ces gens qui disent que de retirer les militaires occidentaux des pays en proie à l’islamisme, et donc de laisser s’installer et proliférer des califats dont le but ultime est d’asservir l’humanité, va permettre d’arrêter le terrorisme !

C’est bien là une réflexion de petit bourgeois, parce qu’effectivement, les habitants du XVIe à Paris, et tous ceux qui fument pour s’inventer un genre, iront faire leurs courses au coffee shop.

Mais le mec qui voudra se défoncer plus vite avec un taux de THC supérieur ou tout simplement le mec qui habite à côté du point de deal et qui ne veut pas être reconnu des autres devant lesquels il n’assume pas, il continuera d’aller sur son point de vente habituel, qui sera toujours moins cher que le cannabis d’état surtaxé.

Ce qui va surtout se passer, c’est que les trafics, qui font fonctionner l’économie de certaines zones, vont se réinventer avec d’autres drogues, notamment toutes les merdes de synthèse qui font régulièrement l’actualité, genre le protoxyde d’azote, et l’État sera tout autant débordé.

Je finissais un livre de l’historien Jacques JULLIARD qui disait que quand la droite réforme, c’est pour adapter la société aux contraintes extérieures. Ben pour le coup, avec REDA, c’est réellement ce qui va être fait. Partir du constat d’un échec pour, sans chercher à la résoudre, le transformer en avancée sociétale. Mais quel échec de société et de civilisation !



 

2 commentaires

  1. En résumé très compact, Robin Reda fait une surenchère « progressiste » su le cannabis à des fins électorales.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.