De Brigitte VERMILLET ou d’Alexis IZARD : lequel des deux est le plus grand opportuniste ?

Publié par

En ce moment même se prépare un bouleversement politique majeur pour l’avenir de Savigny-sur-Orge, dont cependant pas grand monde ne semble avoir conscience.

Je vous en avais déjà parlé il y a plusieurs mois, de la même manière que j’avais prévenu dès le mois de juillet quelques uns des colistiers d’Alexis par SMS que Savigny, il n’en avait rien à foutre et que ce qui l’intéressait était d’être élu au Département ou à la Région.

Mais désormais ni Brigitte VERMILLET elle-même ni Vincent DELAHAYE, parrain politique d’Alexis IZARD ne cachent plus leur volonté d’un binôme commun VERMILLET / IZARD aux départementales.

Dégage MEHLHORN, lequel dans son indolence légendaire, est bien le dernier à penser que LR ne peut pas l’abandonner. Vous savez le parti dont il avait honte au moment des municipales et qu’il n’a affiché nulle part ! Et PÉCRESSE sera la première à le lâcher !

Alors évidemment, il suffit que j’écrive cela pour qu’on me rétorque que c’est impossible parce que LR et LaREM ne peuvent pas y aller ensemble, enfin pas officiellement.

C’est d’une part oublier un peu vite, que même si VERMILLET n’affichait aucune étiquette, elle avait des colistiers LaREM sur sa liste municipale (Marie HAMIDOU, responsable de LaREM à Morangis et Josiane GONZALEZ LAMOUREUX). Donc la porosité LR/LaREM n’est plus à démontrer.

Et surtout d’autre part, que comme je l’écris déjà depuis un moment, IZARD va prochainement lourder LaREM pour revenir à l’UDI (la “double appartenance” est théoriquement interdite dans ces deux partis) ; tout en s’arrangeant pour que LaREM ne mette personne en face.

Partant, DEFRÉMONT, en quête d’un 5e mandat, parce qu’il ne doit pas avoir assez de ses 6500 euros brut (on rappelle que EELV interdit pourtant de cumuler plus de trois mandats), fera un peu moins le malin dans un deuxième tour gauche – droite aux départementales.

Parce que gagner au terme d’une quadrangulaire, avec 3 listes de droite pour 1 liste de gauche, c’est facile dans une ville à 66 % à droite, et plus largement dans un canton qui est également à 60 % à droite. Mais dans un face-à-face, je pense que DEFRÉMONT va regarder les sondages et finalement y envoyer BRIEY. À suivre.

Bref, on se retrouverait avec IZARD, candidat de la droite et du centre, mathématiquement élu conseiller départemental, et alors là, pour le dégager ensuite…

Mais personne ne semble prendre la mesure de ce qui se prépare ! MEHLHORN roupille. FABRE ne me croît pas. Et TEILLET est égal à lui-même.

Surtout que, il y a un deal derrière avec REDA, qui est que IZARD, revenu à l’UDI, soutienne REDA pour les législatives de 2022. LaREM enverra donc un inconnu qui se cassera de toute façon la gueule. Et en échange, c’est IZARD qui prend la tête d’une liste municipale LR-Libres-UDI-LaREM à Savigny en 2026.

MEHLHORN aura pris sa retraite en 2021 après son échec à l’investiture. Il envisagerait, selon certains de ses amis, de partir dans le Sud, mais je n’y crois pas. Et TEILLET continuera de s’écraser et de faire ce qu’on lui dit de faire, comme il a toujours fait…


Alors revenons sur les parcours de Brigitte VERMILLET et d’Alexis IZARD.

Brigitte, c’est l’adjointe au maire de Morangis qui passe dans le Canard enchainé parce qu’elle ne sait pas se servir d’un ordinateur.

Elle n’a pas plus appris depuis puisque lors des municipales de 2020 encore, elle a encore fait « répondre à tous » à un mail de la préfecture là où elle voulait répondre à une seule personne.

Sauf que cette fois, elle ne traitait pas son interlocuteur de c… 

C’est la nana qui réussit l’exploit d’échouer à Morangis aux municipales de 2014, ville de droite à 68 %, dans une quadrangulaire, en pleine vague bleue, tellement les autres listes la détestent et refusent d’aller avec elle.

C’est encore elle qui arrive derrière le Front National, dans sa commune alors qu’elle est binôme, aux départementales de 2015.

Bref, elle ne doit son salut qu’à RÉDA qui la fait élire vice-présidente de la CALPE et à quelques copines à LR comme DARCOS qui l’aident à s’imposer comme binôme de MEHLHORN ; laquelle obtiendra même d’avoir une suppléante morangissoise Christiane LACOUR, ici coiffée à la tronçonneuse, par ailleurs la femme de l’adjoint de Brigitte, Jean-Marc DUFOUR.

Après avoir juré allégeance à Georges TRON à qui elle promet d’abord de voter pour qu’il soit président du Département, elle le poignarde en réunion de groupe, choisit finalement DUROVRAY et obtient en récompense de sa traîtrise une vice-présidence au Département.

À la transition écologique et à la croissance verte, ce qui se traduit par le schéma suivant : un cocktail à Chamarande, un cocktail à Montauger, un cocktail à Chamarande.

En 2019, elle nous fait du Ségolène ROYAL. En pleine réunion publique du 02 juin, elle explique très sérieusement que c’est grâce à elle et à son action que les écolos ont obtenu 15 % aux européennes en Essonne.

Enfin, de guerre lasse, elle devient maire de Morangis en 2020, après une campagne sans étiquette, faisant cohabiter sur sa liste LR, Libres, UDI et LaREM.

Et donc aujourd’hui qu’elle n’a plus besoin de MEHLHORN, qui ne lui apporte plus rien, voire même plutôt qui est devenu le « boulet » qui a perdu Savigny, elle le dégage…


Face à elle, notre challenger Alexis IZARD.

Le mec qui a fait campagne, avec l’étiquette LaREM, en 2019 en racontant que c’était son premier engagement politique.

C’était oublier un peu vite sa présence sur la liste FABRE en 2014 (il faut écouter aujourd’hui ce dernier parler de son ancien poulain), puis son adhésion à l’UDI – section jeunes en 2015 et enfin qu’il a été suppléant de Muriel KERNREUTER aux législatives de 2017.

Bref, il a déjà bien bouffé partout pour un jeune seulement âgé de 29 ans.

Je fais vite sur sa campagne : des promesses et des compromissions qui se traduisent par 43 % des voix aux Prés-saint-Martin (un record) contre une moyenne de 21 %. De l’achat de voix avec des dons de personnes morales, qui lui valent aujourd’hui une pénalité de 1000 euros de la Commission des comptes de campagne, plus des poursuites pénales. Une visite remarquée de Robin REDA, qui a bien compris que MEHLHORN était en fin de vie, que TEILLET ne deviendrait pas charismatique et qui mise sur la suite. Avec le deal précité : il fait le champ libre à REDA en 2022 et c’est lui le prochain maire.

En effet, à Savigny, LaREM plafonne à 23 % et LR plafonne à 26 % (même si maintenant qu’il n’y a plus les clients, cela doit être encore à moins), au moins tant qu’il y a VAGNEUX avec 17 %.

De fait, pour gagner contre DEFRÉMONT à 32 ou 33 %, il faut soit LaREM + VAGNEUX soit LR + VAGNEUX soit LR + LaREM, soit les trois ensemble.

Or, VAGNEUX est ingérable et incontrôlable, donc il nous emmerde. On l’écarte de l’équation.

Bref, il reste LR + LaREM, ce qui peut passer sur une liste municipale, comme nous l’avons vu à Morangis, mais qui fait tâche à Savigny.

Une seule solution, le parti de l’entre-deux : l’UDI, tout en gardant en tête que IZARD est identifié LaREM.

Ce qui est d’autant moins déconnant que l’UDI a déjà désavoué FABRE pour IZARD, étiqueté LaREM. MEHLHORN devrait aussi comprendre que l’UDI a appelé à voter contre lui aux municipales !

Un dernier mot sur son élection : il lance plein d’idées mais n’en suit aucune. Il s’émerveille des propos d’une musulmane intégriste en trouvant que c’est formidable parce qu’elle dit que le terrorisme est mauvais. Il relaie une pétition des industriels de la viande cellulaire visant à tuer l’élevage français juste pour se montrer écolo et animaliste.

Bref, il est dans la communication permanente.


Donc, VERMILLET a déjà fait très fort niveau opportunisme pour en arriver à ses postes, mais IZARD semble pouvoir faire encore mieux. D’autant qu’il est encore très jeune.

J’ai désormais la conviction certaine qu’il n’hésitera pas à jouer avec une illégale double appartenance UDI – LaREM pour être élu conseiller départemental (UDI pour justifier d’être dans le binôme de droite ; LaREM parce qu’ils n’auront pas d’élus autrement que par ces alliances).

La dernière chance de l’arrêter est à la fois la peine d’inéligibilité demandée par David FABRE au titre des fraudes aux Prés-saint-Martin. Davantage mes manœuvres contre le financement de sa campagne électorale et ses pratiques d’achats de voix entre les deux tours.

Seulement, tout seul, je doute très sérieusement d’y arriver.

J’aurais besoin que IZARD soit aussi placé sous les feux croisés de MEHLHORN et de la gauche.

Et comme les deux refusent d’ouvrir les yeux, alors ils subiront lorsque IZARD, qui est encore arrêtable, sera devenu incontournable. Et ce sera bien fait pour leur gueule !

Puisse cela ne jamais nous arriver, pour le bien de Savigny, tant IZARD n’a aucune conviction sincère et recherche juste le pouvoir…



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.