Adieu Simone POQUET. Rendez-vous au « Paradis »

Publié par

Je viens d’apprendre le décès de Simone POQUET. D’un coup, c’est un vide qui m’envahit, je n’ai plus goût à rien. Je me précipite sur mon ordinateur pour retrouver les scans des derniers courriers que nous avons échangés et je tombe sur cette phrase qui me fait retrouver le sourire : Rendez-vous au « Paradis ». Simone nous a quittés ce lundi matin (06 avril 2020) des suites d’une infection au Covid-19. Elle aurait eu 90 ans ce 15 septembre.

Les nouvelles les plus récentes que j’avais eu de Simone m’étaient parvenues par l’intermédiaire de Maïté LELOUP. Elle me faisait part de son intérêt pour ma candidature aux municipales. Pourtant, Simone était une marsaudonienne « historique ». Elle était surtout une Savinienne « historique », qui avait pu connaître la fin de l’urbanisation du Plateau de Savigny (et qui n’appréciait pas particulièrement le bétonnage récent de son quartier que je lui racontais).

C’est son grand-père le premier, Monsieur LEBRASSEUR, qui avait construit une maison route de Corbeil (laquelle deviendra plus tard le Boulevard Aristide-Briand), pierre après pierre, en apportant directement les matériaux de Paris sur son bagage à vélo dimanche après dimanche.

Puis son fils, le père de Simone, avait ensuite construit sa maison au 21, avenue de la République, dans laquelle Simone et son mari vivront d’ailleurs, avec ses parents, pendant huit ans, avant de faire construire leur propre maison au 12, avenue de la République.

Enfin, Simone s’était résolue à la quitter, d’abord pour déménager au foyer Lucien-Midol et ensuite très brutalement pour un EHPAD du Mans.

Là-bas, Simone était bien traitée mais s’ennuyait fermement parce qu’elle n’y connaissait personne, avec un rythme de vie forcément très perturbé par ses trois dialyses par semaine. Il y a surtout et d’abord qu’elle n’avait pas choisi ni voulu y aller, puis ensuite qu’elle avait toute sa tête, ce qui n’était pas le cas de beaucoup des autres pensionnaires. Plusieurs fois, elle écrivait ou répétait au bord des larmes, à ceux qui allaient la voir : « Je ne pensais pas finir comme ça.« 

Sa famille vivait à quelques kilomètres de là, mais Simone trouvait qu’on ne venait pas la voir assez souvent, selon elle. Alors à la paroisse, avec quelques amis, Véronique et Jean-Marie CORBIN, Maïte LELOUP, Françoise BOUCHEZ, Jacques PÉ, Yves PIOPPO, Marie-Hélène et Bertrand WITTMANN, nous l’appelions, lui écrivions ou allions la visiter.

Avec mon imprimante A3, je lui éditais en grand format des vitraux de l’église sainte-Thérèse ou des photos de nos évènements paroissiaux, comme les 70 ans d’ordination du père Jacques PÉ, qu’elle affichait religieusement dans son studio. Maïté lui envoyait les Grain d’Orge. De son côté, Yves s’occupait fidèlement de la tombe de Jacques, son époux.

Elle, et son mari, avaient tant donné pour la paroisse, et encore récemment puisque Simone a longtemps été la trésorière de l’ASTSM, s’étant d’ailleurs mis à l’informatique pour l’occasion. Avec son mari Jacques, décédé en 1985, qui était très actif au niveau de l’organisation et de l’animation des fêtes paroissiales, ils furent deux piliers de la paroisse sainte-Thérèse, et c’est avec Roger DUPUIS, un peu plus de la mémoire locale, et une génération, qui s’en va.

Comment ne pas re-penser à son aide pour la préparation de la fête des 80 ans de la paroisse, et aux heures passées en interview. Simone m’avait ouvert ses archives depuis 1945. Elle avait vu le père Jacques PÉ arriver à Savigny en 1947. Elle faisait alors partie de la chorale qui chantait à l’époque depuis le balcon de l’église, et qui était alors dispensée de la quête des chaises. Sa meilleure amie habitait au 17, rue de la Belle-des-Belles (en face de chez MEHLHORN aujourd’hui).

Que de souvenirs partagés, de repas, de journées en paroisse auxquelles Simone répondait toujours présente. À la Pierre qui Vire aussi, et dans le groupe Fraternité-Prière !

Je me rappellerai de Simone comme d’une gentille grand-mère (avec tout ce que terme peut avoir d’affectueux et de respectueux), ses cheveux blancs, courts et bouclés, toujours impeccablement brushés, son manteau violet, sa canne-béquille qu’elle dissimulait avec l’élégance d’une grande dame. Mais aussi sa générosité, sa disponibilité, son amabilité et son dynamisme. Elle était justement comme une mère ou une grand-mère pour beaucoup de paroissiens.

Et elle qui avait peur d’être oubliée, je veux lui redire que nous ne l’oublions pas, et que nous ne l’oublierons pas. À commencer par toutes ces fois où je passe, et je passerai, à l’angle de l’avenue de la République et de l’avenue des Capucines.

Je présente toutes mes condoléances à sa famille.

À Dieu Simone, et rendez-vous au paradis.




7 commentaires

  1. Bonjour,
    Merci beaucoup pour votre article hommage à notre maman, je tiens néanmoins à vous préciser différentes petites choses.
    Maman n’avait pas épousé son voisin du 12 avenue de la République et ne s’était pas installée chez son mari. Notre père, Jacques, habitait Le Blanc Mesnil et avait rencontré maman par le biais de la chorale paroissiale. Si c’est mon grand-père, Monsieur Lebrasseur qui a construit la maison du 21 av. de la République, ce n’est pas en apportant les matériaux de Paris. Il y a confusion, c’est notre arrière grand-père qui avait construit sa maison boulevard Aristide Briand à Savigny, dans ces conditions. Après leur mariage, nos parents ont vécu avec nos grand-parents environ 8 ans au 21 av. de la République. C’est seulement après, qu’ils ont fait construire au 12 av. de la République.
    Vous affirmez qu’elle n’avait pas choisit de venir au Mans. C’est totalement faux. C’est son choix, elle désirait être près de nous compte tenu de sa maladie.
    Vous affirmez aussi que nous ne venions pas la voir assez souvent et que vous étiez là pour combler ce manque. Nous venions la visiter et lui apporter ce dont elle avait besoin 1 à 2 fois par semaine depuis 3 ans sans compter les sorties à notre domicile, au restaurant et les visites chez les spécialistes (dentiste, ORL, ophtalmo, etc….).
    Ceci pour juste ne pas laisser croire que notre maman était abandonnée, ni moralement, ni physiquement, ni administrativement, loin de là ! nous avons toujours été présents à ses côtés, croyez-le bien.
    Pierre et Lysiane

  2. Journal le Fil Savigny-Viry, N° 46, mars 2012
    Portrait : Simone Poquet, « le sourire toujours »
    Simone est savinienne depuis 1930, elle cultive cette devise des Ames Vaillantes (ACE) depuis ses 14 ans. C’est une des mémoires vivantes de l’église Ste-Thérèse. Elle fut parmi les premiers bébés à être baptisés après l’inauguration en 12/1931 ; Elle y fit sa communion solennelle juste après l’inauguration de l’édifice tel qu’on le connait aujourd’hui. Elle y assista à la première messe du père Pé. Elle s’y maria en 1951 puis y fit baptiser ses deux garçons. Cette grand-mère de 4 petites-filles et 1 arrière petite-fille, toujours dynamique, aime s’occuper des autres et rendre service. Issue d’une famille catholique, elle a obtenu son certificat d’études à l’école du Sacré-Cœur près de la gare. Puis elle a apprit le métier de secrétaire qu’elle exerça d’abord à Paris puis pendant 30 ans au Crédit Mutuel de Savigny. Ses engagements dans l’Eglise remontent à la guerre. Avec d’autres animatrices Ames Vaillantes, elle organisait des « colonies sur place » pour une centaine d’enfants, qu’il fallait occuper et nourrir le midi avec les tickets de rationne
    ment donnés par des parents. Période de grande richesse humaine. Puis au côté de l’abbé Vinay, elle a fait parti de la chorale ; celle qui connut une petite renommée et enregistra même des disques. Dans les années 70, à la suite de Vatican II, elle devient animatrice. Avec André Poillot notamment, ils suivirent plusieurs sessions de formation sur la liturgie nouvelle, près de Chantilly, avec Mannick et Jo Akepsimas pour les chants. A charge pour eux d’apprendre aux paroissiens les déplacements pendants la messe, de changer les habitudes, oser chanter (parce que c’est prier deux fois) et parler au micro … Cet engagement, avec quelques pauses au gré des événements de la vie, elle l’a tenu jusque fin 2011. Maintenant place aux jeunes ! Mais comme elle aime s’occuper, elle reste trésorière de l’association des paroisses, l’ASTSM, rend visite aux résidents du Foyer Midol et voit ses amis de l’UNRPA (Union Nationale des Retraités et Personnes Agées) où elle a longtemps oeuvré aussi. Elisabeth

  3. Dans mon foyer, nous sommes tristes d’apprendre la disparition de Simone, mais nous sommes tant heureux d’avoir pu la revoir une dernière fois au Mans ce samedi 6 juillet 2019. Notre visite lui avait procuré une très grande joie et beaucoup d’émotion au moment de notre séparation.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.