Le démocratisme de la pluralité des choix au Secours catholique

Publié par

J’ai reçu ce 6 février 2016 la proposition démocratique de participer à une consultation et je trouve que c’est une bonne idée d’associer les acteurs d’un projet à leur réalisation (message subliminal à l’intention de nos politiques qui pourraient aussi associer les citoyens à leurs décisions). Sauf qu’en l’ouvrant, je me suis retrouvé face à l’équivalent de choix de projets de rénovation urbaine. Donc j’ai  finalement préféré ne rien choisir.

Votre bailleur social s’intéresse à vous : il vous propose de choisir la couleur de la nouvelle peinture de votre barre d’immeuble. La SNCF aussi est très démocratique : elle vous propose de choisir la couleur des sièges dans le RER. Mais dès lors qu’il sera question de vous exprimer sur des problèmes plus structurels ou liés à des dépenses qui se révéleraient coûteuses, on fait tout pour étouffer. À défaut, on vous contraint malgré des apparences démocratiques.

Car des conseillers clientèle sont toujours à votre écoute. Et ici aussi, on me propose d’être écouté. Mais on ne voudrait pas entendre ma réponse qui dirait « Je ne veux pas traiter du thème des migrants. » Parce que c’est être fachô de préférer aider les (personnes) « pauvres » français plutôt que les (personnes) « pauvres » migrantes. Eh bien, je suis fachô et je commence par être solidaire en Essonne avant d’être solidaire avec le reste du monde. C’est mon choix !

 SC-mail-Dep

3 commentaires

  1. Super, t’es donc SOLIDAIRE de nous tous, merci très cher curé adoré :  » J’aimerais que tu m’envoie de quoi nourrir mes bestioles pour 6 mois, car la dernière semaine du mois est toujours très pénible pour moi, je ne bouffe que des pâtes, hélas…Merci d’avance cher Abbé, vous êtes un Saint …amen ! « 

  2. La manipulation bien que triviale mérite toutefois d’être réexpliquée. Il s’agit de faire croire aux gens qu’ils ont le choix, alors qu’il s’agit d’un choix fermé et limité, ici en l’occurrence on a le choix entre migrants, migrants et migrants avec un p’tit bonus de migrants selon l’humeur.

    Notons que je parle de migrants et non pas comme certaines personnes de migrant-e-s. Pour l’écrire, il faudrait qu’il y ait des migrantes. Or, il y en a si peu dans la marée qui déferle en Europe …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.