Midterms 2022 : la démographie face à la démocratie

Publié par

Les résultats des élections américano-étatsuniennes 2022 de mi-mandat sont désormais presque tous connus.

Le système politique étatsunien étant beaucoup plus figé qu’en France, à commencer par le fait que seuls deux partis se partagent l’essentiel du pouvoir, l’élection se joue en fait sur quelques dizaines de circonscriptions susceptibles de basculer d’un camp à un autre.

Or, la vague rouge (républicaine) annoncée, qui prévoyait au mieux 235 sièges contre 200, n’a pas eu lieu.


D’aucuns veulent y voir la responsabilité personnelle de Donald TRUMP.

Cet argument m’apparaît idiot, à plus forte raison dans la mentalité américaine : quand bien même vous détestez le chef de votre camp, vous n’allez pas voter pour l’autre camp que vous abhorrez.

Justement, les statistiques compilées sur les sites spécialisés vont valoir que les électeurs républicains ne se sont pas spécialement abstenus.


Dès lors, je pense que les républicains sont au maximum de leur mobilisation.

C’est donc la mobilisation des démocrates qui fait et défait les élections dans ces circonscriptions qui se jouent à 50/50.

Et la démographie joue en faveur des démocrates ; quand bien même le découpage électoral joue en faveur des républicains.


Je soutiens que les républicains n’auraient pas pu faire tellement mieux.

Ils perdent progressivement du terrain dans les états clés du Nevada, de la Géorgie et de la Pennsylvanie.

Et ils continueront d’en perdre, du fait de la démographie, quand bien même les Latinos votent de plus en plus républicains, alors qu’ils étaient traditionnellement démocrates.


Beaucoup ont voulu voir dans l’élection de TRUMP en 2016 une révolution politique.

Le milliardaire républicain est pourtant juste passé du fait de la forte démobilisation des démocrates en général, et du vote de circonstance des ouvriers démocrates dans les états manufacturiers de la Rust Belt.

Mais le vote démocrate continue de progresser, tandis que le vote républicain continue de s’effriter, même si ce phénomène est moins marqué car le discours radical mobilise davantage au sein de ce camp.


La personnalité du chef républicain ne changera donc pas grand chose. Opposer TRUMP à DE SANTIS est un faux-débat. Les deux usent de la même radicalité mobilisatrice.

Seule la démobilisation des démocrates ou une rupture conjoncturelle qui transformerait des démocrates en républicains permettrait aux républicains de reprendre durablement le pouvoir.

Autrement, la démographie fait que les démocrates auront mathématiquement le contrôle des institutions étatsuniennes. 2022 ne fait pas exception et poursuit ce mouvement de « démocratisation » des États-Unis.



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.