Quelques raisons à la persistance du vote LE PEN malgré la concurrence ZEMMOUR…

Publié par

Pendant des années, les électeurs du Rassemblement national (RN) ont majoritairement choisi le parti des LE PEN pour deux sujets précis : le refus de l’immigration et la lutte contre l’insécurité. Dans une moindre mesure, pour le rejet de l’Union européenne.

Mais aujourd’hui qu’il y a ZEMMOUR pour porter ces deux thématiques, comment comprendre que LE PEN résiste, et plutôt très bien, quand bien même elle perd 4 points par rapport à 2017 ?


Une première raison tient à ce que les gens préfèrent toujours l’original à la copie.

Et que ce soit la huitième élection avec un LE PEN, après 1974, 1988, 1995, 2002, 2007, 2012 et 2017, se révèle plutôt être un avantage qu’un inconvénient pour l’héritière.

Ainsi l’expérience de LE PEN, ou plutôt l’inexpérience de ZEMMOUR fait qu’il s’est usé sur le début de la campagne, cramant tout son temps de parole et ruinant par exemple le ralliement de Marion, tandis que la tortue sagace, qui pour le coup est Marine, a plutôt bien organisé sa campagne.


Une deuxième raison tient à ce que ZEMMOUR n’a pas réussi à sortir de son image de journaliste et de polémiste, et donc qu’il ne « fait pas président ».

Davantage, il n’est pas au niveau dans les débats politiques, dès lors qu’il faut sortir de l’immigration ou de l’insécurité et il souffre, là où LE PEN a travaillé et s’est crédibilisée depuis son débat ratée de 2017.


Une troisième raison tient à ce que ZEMMOUR agit comme la « fenêtre d’Overton » de LE PEN, c’est-à-dire qu’en étant pire qu’elle, et accessoirement en la débarrassant d’un certain nombre de gens gênants dans son entourage, il a crédibilisé Marine et il l’a rendu « moins pire ».

Le départ des « traîtres » qui n’auraient jamais rien été sans le RN, a fait de ZEMMOUR un traître.

La trahison de Marion n’a fait que renforcer sa tante, qui a pu passer en victime, lâchée par les siens.

Au niveau storytelling, c’est génial.


Une quatrième raison tient à ce Marine LE PEN a plutôt bien su développer son programme économique et social, qui parle toujours à une certaine gauche.

On aurait ainsi tort de croire que l’électorat de MACRON est composé des anciens électeurs socialistes, qui même s’ils restent présents chez lui, ont progressivement été remplacés par des électeurs de la droite ; une partie non négligeable de la gauche dite populaire étant aujourd’hui chez LE PEN.


Une cinquième raison tient enfin à ce que les Français obnubilés par l’insécurité et l’immigration ne sont peut-être pas si nombreux que cela.

Peut-être sont-ils tous chez ZEMMOUR aujourd’hui, mais ce nombre se révèle dans tous les cas inférieurs à ceux qui sont intéressés par la politique économique et sociale du RN, développée par PHILIPPOT du temps où il y était, et peut-être plus largement par la proposition antisystème du parti lepéniste.



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.