Hommage à Jacques JOLY

Publié par

C’est avec une infinie tristesse que j’ai appris le décès de Jacques JOLY, qui s’est éteint chez lui, paisiblement, ce mardi 19 octobre 2021, à l’âge de 93 ans, depuis l’abbaye de La-Pierre-qui-Vire dans laquelle nous avons passé tant de moments ensemble. Ses obsèques auront lieu ce jeudi 28 octobre 2021 à 10 heures 15 en l’église sainte Thérèse de Savigny-sur-Orge. En ces moments difficiles, je pense bien à Mariette, son épouse, à Marie-Catherine, une de ses filles et à Calypso, une de ses petites-filles.

J’avais fait la connaissance de Jacques en 2008 à l’occasion d’une fête organisée chez Danielle THOMASSET. Homme de grande culture, nous avions passé l’après-midi à parler Histoire, politique, religion, civilisation. À partir de là, une belle amitié était née, de conversations que nous poursuivions notamment chaque année lors du repas annuel organisé par la conférence saint-Vincent-de-Paul, dont il avait été adhérent. Petit-à-petit, la maladie progressait mais subsistait l’amitié et le respect pour le grand homme qu’il fut.

Fidèle serviteur de l’État, Jacques était fonctionnaire au sein du ministère des Finances ; c’est d’ailleurs à la Cour des comptes qu’il terminera sa carrière. Il était à la fois très fier de son parcours, mais en même complexé de ne jamais avoir passé son bac, qui aurait pu l’amener encore plus haut. Il y avait toujours cette blague, parce qu’il était né en 1928, que c’était la dernière année où la France avait bouclé son budget.

Il disait, même si cela est contesté par certains de ses amis, qu’on lui avait proposé un poste de sous-préfet dans l’Est et un poste d’ambassadeur au Chili, mais qu’il avait refusé par amour, parce que sa femme, Mariette, enseignante et directrice de l’école maternelle Aristide-Briand, ne voulait pas quitter Savigny où ils s’étaient installés en 1962. Quoi qu’il en soit, je pense qu’il aurait excellé à ces deux postes.

J’avais aussi connu Jacques au groupe « Fraternité Prière ». C’est lui qui chaque année, avec Mariette, préparaient  le repas, vécu après la célébration selon le rite syriaque de la sainte Théophanie. J’ai également partagé plusieurs retraites à ses côtés à l’abbaye de La-Pierre-qui-Vire. Je me rappelle encore en 2016 de cette après-midi passée au château de Chambord, lors d’une journée caritative organisée par notre amie Monique COUSTÈRE, en soutien à l’association Trans’Forme qui agit pour réhabiliter les personnes transplantées par la pratique du sport.

Jusqu’au bout, sa famille se sera battue pour le maintenir à domicile, et je trouve cela beau. J’ai une amitié et une reconnaissance particulière pour la famille JOLY, à qui je dois ma mention de ma licence de droit, car ils m’ont quand même offert pour plusieurs centaines d’euros de manuels de droit et de codes. Je veux enfin que Jacques représentait pour moi un modèle de vie chrétienne épanouie, de par la famille qu’il a construite, la réussite professionnelle qu’il a connue et les engagements chrétiens et associatifs qui étaient les siens.

Jacques fut une belle rencontre dans ma vie, qui m’aura aidé à réfléchir, et par-delà aura participé à construire la personne que je suis devenue aujourd’hui. Nos conversations me manqueront.



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.