Mon avis défavorable à la création d’un datacenter à proximité du cœur de ville de Wissous

Publié par

Dernier jour pour faire connaître son avis. 

Il ne me semble pas avoir entendu les candidats écologistes aux départementales, ni même les écologistes locaux, sur le sujet…

À Wissous, Florian GALLANT et Richard TRINQUIER sont pour. Philippe DE FRUYT y est opposé. Je rejoins personnellement l’avis de Philippe DE FRUYT.


Par courriel à pref-icpe-enregistrement@essonne.gouv.fr

Objet : Avis défavorable à la demande d’enregistrement de la société Cyrus One pour l’exploitation d’installations de combustion dans le cadre de la création d’un datacenter situé 1, boulevard Arago – 91320 Wissous

Savigny-sur-Orge, le 5 juillet 2021

Monsieur le préfet,

J’ai l’honneur de vous faire connaître mon avis défavorable au projet d’exploitation d’installations de combustion dans le cadre de la création d’un datacenter à Wissous pour les raisons suivantes :


I. SUR LA FORME,

I. 1- L’avis manquant de l’architecte des bâtiments de France

Le projet est situé à 460 mètres de l’église saint-Denis soit dans le périmètre de protection du monument historique.

L’avis de l’architecte des bâtiments de France constitue donc un préalable obligatoire.

Or, il ressort des pièces du dossier que cet avis est manquant, alors même que le projet prévoit la création de cheminées de 18 mètres de haut dans l’axe du prolongement visuel de l’édifice protégé (cf annexes 1).

Dans ces conditions, le rejet du projet s’en infère.


I. 2- Les imprécisions, contradictions et autres approximations du projet

Il ressort du dossier plusieurs éléments qui apparaissent insincères ou manquants.

Ainsi, le chiffre de la puissance thermique nominale, mentionné dans le CERFA 15679*02 et dans l’annexe 3 s’établit opportunément à 49,4 MW, soit juste en dessous de la limite de 50 MW, lui assurant un régime d’enregistrement et lui permettant d’échapper au régime de l’autorisation.

Davantage, la note de synthèse relative à la récupération de chaleur (PJ 16) pose plus de problèmes.

En effet, elle est construite par hypothèse d’un fonctionnement à 50 % de capacité, tout en excluant de ses projections l’utilisation de la salle informatique no 1.

Pire, elle trahit que le promoteur du projet souhaite attendre la phase 3 de son opération pour réellement se saisir de la question de la valorisation de la chaleur.

Par ailleurs, on relève l’absence d’une estimation d’un taux de fuite de R134a au niveau des groupes froids, alors que le site doit contenir un maximum de 5134 kg de R134.

De plus, le CERFA 15679*02 et l’annexe 2 font état du passage de « quelques poids-lourds par jour au maximum », sans justifier des besoins de ce passage relativement au fonctionnement du datacenter.

Enfin, le CERFA 15679*02 révèle l’existence de déchets non recyclables, alors que l’annexe 9 indique pourtant que tous les déchets sont valorisables.

Au surplus, les autorisations et travaux accomplis pour la phase 1 ne garantissent pas leur conformité en vue de la phase 2.


II. AU FOND,

II. 1- Une installation qui n’a pas sa place au lieu prévu

Pour mémoire, le projet est situé à la limite du cœur de ville de Wissous, à proximité de sites sensibles : des habitations en limite du terrain, des équipements sportifs à 30 mètres, une crèche à 180 mètres, l’A6 à 200 mètres, un groupe scolaire à 230 mètres. (cf annexes 1)

Le CERFA 15679*02 indique que le site doit concentrer 350 tonnes de produits pétroliers, 5134 kg de produits réfrigérants, plusieurs batteries au plomb et au lithium… Le fonctionnement du site doit engendrer du bruit, des vibrations même relativement contenues par des plots vibratiles, et plusieurs types de pollutions, notamment celle due à la chaleur résiduelle, mais encore les rejets en NOx, SO2 et PM dus à l’utilisation des groupes électrogènes, alors même que la pollution de l’air ne sera contrôlée que tous les 5 ans (cf Annexe 2).

Aucun risque de fuite ou d’accident ne peut être exclu, par exemple un incendie au niveau d’une cuve de fioul, lequel nécessiterait à la fois l’évacuation d’une partie de la population, l’arrêt des activités alentours et probablement la coupure du trafic de l’A6 située à 200 mètres, notamment du fait des fumées.

Dans ces conditions, le rejet du projet s’en infère en tant qu’il est mal situé, trop près des habitations et des lieux de vie wissoussiens.


C’est pourquoi j’émets un avis défavorable au projet d’exploitation d’installations de combustion dans le cadre de la création d’un datacenter situé 1, boulevard Arago – 91320 Wissous.

Je vous prie de croire, Monsieur le préfet, en l’assurance de mes respectueuses salutations.

Olivier VAGNEUX



 

3 commentaires

    1. Mensonge ! J’ai fait exprès de ne pas le lire préalablement, tout comme les articles du Parisien, pour ne pas être influencé ! Et maintenant, pour l’avoir lu, je n’ai vraiment pas l’impression de l’avoir copié. Je laisse aux lecteurs le soin de comparer les deux articles. Et je maintiens que les deux candidats aux départementales de la social-écologie n’en ont pas parlé dans leur programme ! Pas plus que les sections locales d’EELV…

  1. Les élus sont fous, inconscients, totalement abrutis ou de vrais « laquais » pour accepter de telles aberrations ? De nos jours nous nous apercevons qu’il n’y a plus de zones protégées qui « tiennent » : monuments historiques, paysages, sites classés natura 2000 , zones humides, parcs régionaux (éoliennes !!!) etc…tout peut « évoluer » pour tous ces parvenus de la politique pourvu que leur égo ou le fric…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.