L’info passée sous les radars : une rixe entre bandes évitée à Savigny-sur-Orge le 25 février 2021

Publié par

Publiée sur FranceInfo. Je m’étonne qu’aucun de nos « politiques » n’en parlent… 

Mais pour dire quoi de toute façon ?

Voilà MEHLHORN qui se réveille et pousse un coup de gueule en trouvant que la municipalité n’en fait pas assez niveau Police municipale (PM) et caméras.

Mais mon grand, qu’as-tu foutu quand tu étais maire ? Tu as passé les effectifs de PM de 7 à 13 plus un chien. Mais à part verbaliser quatre fois plus, je n’ai pas l’impression que cela ait servi à grand chose… Puis c’est facile de critiquer l’insécurité à la gare en ayant déplacé le poste de PM sur le Plateau ! Pour un mec qui se dit de droite, il manque aussi le couplet sur la responsabilité des parents. mais en fait, tout le monde semble avoir intégré la normalité de la chose.

Et avec tous les autres, de dire qu’ils sont en colère, qu’ils présentent leurs condoléances, qu’il faut agir (toujours sur les conséquences, jamais sur les causes) et enfin qu’on va faire un rassemblement incantatoire qui ne rassemblera que des colistiers en mal d’existence ; donc même le ministère de l’Intérieur ne renforcera pas les effectifs de dix personnes pour six mois.


Qu’il me soit ici permis de revenir sur la réunion Sécurité de Jean-Marc DEFRÉMONT du 12 février 2021, qui devait être retransmise sur Facebook Live.

Et puis avec la même lâcheté que celle avec laquelle il traite les questions de sécurité, la gauche écolo-béton s’est encore une fois défaussée…

Il n’empêche qu’elle en a dressé un rapide compte-rendu sur Facebook, pour le moins contradictoire entre l’introduction et la conclusion.

Je ne vais pas parler de tout le remplissage qui était là pour meubler l’impuissance de DEFRÉMONT sur le sujet mais me concentrer sur le vif du sujet.


Donc c’était censé être une réunion sur les problèmes de bandes qui agressent et dépouillent les lycéens. Un vendredi soir à 17 heures avec un couvre-feu à 18 heures…

DEFRÉMONT dit : on va faire travailler la PM avec la PN, on va saisir le préfet et les services de Police, on va installer des caméras et on va renforcer l’activité de médiation.

Le commissaire divisionnaire dit : on fait déjà ce qu’on peut avec les moyens qu’on a. Je propose aux victimes de venir faire le point sur leur dossier.

Le médiateur dit : on a identifié une rue dangereuse. On ne peut pas faire de médiation avec des jeunes qui n’habitent pas la commune.

DEFRÉMONT conclut : on doit travailler tous ensemble !

Voilà, 1 heure 30 de masturbation intellectuelle pour montrer qu’on est conscient qu’il y a un problème.

Solutions : zéro !

Et ce ne sont pas les autres zouaves qui sont allés manifester le lendemain qui avaient d’autres choses à dire. Non, mais sérieux, vous avez lu leurs slogans sur les panneaux ?


Alors je voudrais prendre un contre-point ; d’autant plus évident que DEFRÉMONT a parlé « d’affrontements inter-quartiers sporadiques ». Si ce n’est pas beau comme expression !

Ok, on paie que Grigny, Corbeil, Évry vienne se foutre sur la gueule à Savigny.

Mais Savigny va aussi foutre sur la gueule dans d’autres communes. Et là, il n’y a plus personne pour en parler…

Si donc plutôt que de faire semblant de réinventer la poudre,

parce que c’est déjà ce qu’on fait depuis 30 ans que quand on sait ou quand on voit qu’il y a une rixe, on intervient avec des effets propres à chaque intervention. Quand c’est assez tôt, comme ce 25 février 2021 à Savigny, on l’empêche. Quand c’est trop tard, c’est trop tard…

Si on s’occupait de ce qui passe dans nos quartiers, et chez nous à Savigny !

Si on allait voir, bien sûr à Grand-Vaux et aux Prés-saint-Martin, mais également partout ailleurs où il y a des jeunes désœuvrés (même à Champagne qui n’a que 12 ans d’existence) et qu’on essayait de faire vraiment quelque chose.

C’est-à-dire pas qu’un job dating pour proposer aux jeunes d’être balayeurs à Orly.

Et pas avec un médiateur et une association de prévention qui en, respectivement six ans et deux ans, ont à peine conclu qu’il y avait une rue dangereuse à Savigny…

Après, c’est clair que ce n’est pas en restant planqué dans un local à attendre d’éventuelles visites de jeunes désœuvrés que les choses vont évoluer.

Surtout quand tes contacts avec la Mission locale et Pôle emploi sont pour le moins limités et que chacun fait semblant de s’ignorer… Je ne parle même pas des services sociaux.


Je n’ai pas la solution pour arrêter les guerres de bandes à Savigny.

Maintenant, je ne cherche pas à récupérer ou à capitaliser sur le sujet.

Je ne fais pas une réunion pour étaler mon impuissance, justifiée que c’est parce que Savigny ne serait que le terrain d’affrontement.

Je ne fais pas une manifestation pour dire que je veux plus de Police, surtout quand après, je suis le premier à me plaindre de cette Police qui verbalise à outrance.

Par contre, j’ai des pistes pour que des bandes ne se forment pas à Savigny.

Sauf que comme je ne suis pas au pouvoir, je n’ai pas le moyen d’essayer de les mettre en œuvre.

Et puis, comme de toute façon, la population ne veut pas qu’on investisse dans les quartiers parce qu’ils ont déjà tout l’argent de la drogue et des allocations.

Qu’on arrête donc avec le social, mais quand même pas avec le logement social parce que sinon, on va payer une amende de 400 000 euros… Ouin ! Ouin !

Bref, dépensons pour du logement social mais pas pour une politique sociale… Mais vous êtes des putains de schizophrènes !

Les Saviniens n’ont que ce qu’ils méritent, à commencer par ceux qui caricaturent mes propos et mes propositions, en en préférant d’autres dont ils constatent aujourd’hui l’inefficacité…

À bon entendeur, salut !



3 commentaires

  1. Tout ça sur fond de trafics divers et notamment de drogues.
    Avec ces progressistes qui poussent à considérer comme anodin la consommation de cannabis. Entre, ça, et la consommation démentielle mais légale de tranquillisants et autres antidépresseurs, la France est un pays de toxicomanes prostrés dans le déni de la réalité.
    Au passage, et si on faisait passer un examen médical poussé à tous ces politiques, ces élus du plus basique au plus haut placé, avec recherche de résidus d’absorption de tous les produits stupéfiants (THC, cocaïne, amphétamines, …) avec le même niveau de sensibilité excessif que le test PCR COVID.
    Ajoutons-y au point où nous en sommes, un dépistage au gamma-GT.
    Il y a une intuition que je m’explique pas mais j’ai le sentiment qu’il y aurait des surprises …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.