Pour ses cent ans, le Parti communiste français (PCF) s’offre un futur bide à la présidentielle 2022

Publié par

C’est dans une relative indifférence médiatique que les communistes français ont célébré leur cent ans, à la suite du Congrès de Tours qui s’était tenu du 20 au 25 décembre 1920. Avec néanmoins une annonce : ils ne soutiendront pas Jean-Luc MÉLENCHON à la prochaine présidentielle de 2022 et ils feront candidats seuls.

Peut-être ainsi éviteront-ils le psychodrame de 2016 avec les cadres qui commencent par voter qu’ils ne soutiendront pas MÉLENCHON en 2017. Puis comme personne n’attendait ce résultat, qui provoquera finalement la chute de Pierre LAURENT, on a fait voter les militants qui à 53 %, ont choisi d’aller avec MÉLENCHON mais sans programme ni plate-forme commune…

Je ne vais pas ici retracer l’histoire des communistes français. Ils ont vraiment apporté à la vie politique française entre 1943 et 1947. Mais ils ont été les supplétifs de la SFIO puis du PS la plupart du reste du temps. Et surtout, ils ont été les espions assumés de Moscou, tendance STALINE, à partir de 1924, et ils le seraient encore si feu l’URSS était toujours parmi nous.

Aujourd’hui, quand on regarde les photos des rassemblements du PCF, ce ne sont soit que des blancs très vieux, avec un histoire familiale derrière, soit que des immigrés, ouvriers ou employés. Et leurs cadres sont caricaturalement des bobos blancs, profs et homosexuels. En soi, rien d’étonnant à ce qu’ils stagnent à 3 %, ce qui est mieux que le 1 % des années 2007.

Bien que cela ait été un grand tabou dans les années 1980 et début des années 1990, le PCF, qui a atteint ses meilleurs scores après-guerre auréolés du mythe de ses exploits dans la Collaboration Résistance, a successivement perdu ses militants d’abord au profit du PS, au fil des dérives sanglantes de l’URSS en 1956 et 1968, puis de la montée du Front national.

Parce que la répartition des richesses est un bien beau concept, mais uniquement quand tu es le plus pauvre des pauvres. À partir du moment où il y a des immigrés, non seulement plus pauvres que toi, mais qui en plus viennent te prendre ton travail, l’idéal communiste s’érode peu à peu, à plus forte raison quand tout est encadré et contrôlé par un pays étranger.

Sans réforme, sans aggiornamento, sans modernisation et sans recherche de cohérence, le PCF ne peut rien gagner. Il ne perd pas ses derniers bastions parce qu’il a soutenu MÉLENCHON mais parce qu’il n’est plus dans le coup. Personne en France ne connaît Fabien ROUSSEL et Ian BROSSAT, même avec sa bonne figure, ne dépassera pas 5 %, sinon que de très peu.

Le PCF commet une erreur de croire que la visibilité vient du nombre de candidatures aux élections, alors que dans le contexte d’une gauche explosée, le communisme pourrait retrouver plus de place, mais pas non plus la première, à la condition d’un discours clair et cohérent, qui ne soit pas dans l’absolu d’un anticapitalisme et d’un antilibéralisme qui ne fait plus recette.

Tout le problème est d’inventer un communisme du XXIe siècle, en sortant des thèses d’ENGELS qui étaient adaptées à la société industrielle du XIXe siècle. Et tant que les communistes ne voudront pas essayer cet exercice, auxquels les trotskystes, avec lesquels ils pourraient se retrouver, n’arrivent pas plus ; alors le PCF ne sera plus jamais un parti de masse.



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.