Pourquoi je ne participerai au rassemblement citoyen en hommage à Samuel PATY à Savigny-sur-Orge

Publié par

De manière liminaire, ce n’est pas parce que je fais le choix personnel de ne pas y aller que je chercherais à décourager mon lectorat d’y participer ou encore que je demanderais l’interdiction de ce rassemblement.

Je pense que les gens ont besoin de ces moments de communion pour se retrouver et affirmer un essentiel. Non, mon principal souci est que cette manifestation est parfaitement hypocrite et improductive.

Hypocrite parce que ce sont les mêmes gens qui cassent le service public et réduisent nos libertés toute l’année, qui veulent soudainement et aujourd’hui seulement les défendre.

Improductif car chacun rentre ensuite chez soi et continue de préparer le terrain pour réduire encore plus les libertés et casser à nouveau le service public, sans prise de conscience.

Et puis surtout, QUEL EST LE PUTAIN DE RAPPORT entre une crapuleuse tentative de meurtre d’un policier pour fuir et/ou casser du flic et un assassinat délibéré d’un enseignant en application d’une idéologie religieuse qui condamne un enseignement ?

Il n’est pas possible de faire un tel lien entre les deux affaires juste parce que les deux victimes sont des fonctionnaires de la République qui faisaient leur métier, alors que les motivations de l’acte sont radicalement différentes.

Samuel PATY n’a pas été assassiné simplement parce qu’il était prof, mais précisément parce que c’est un prof d’EMC de 4e qui a illustré un cours spécifique sur la liberté d’expression par la diffusion de caricatures du prophète de l’islam.

Comme souvent, l’émotion s’efface devant toute raison, avec cette idée sous-entendue de trouver une solution transversale à des problèmes diamétralement opposés, qui n’ont, puisque c’est le terme à la mode, aucune espèce de caractère inter-sectionnel.


D’où parles-tu ? se tançaient les camarades en mai 1968.

J’ai des centaines d’heures de lectures, de visionnages, d’interviews, de participation et d’animation à des ateliers, des débats, des discussions voire des disputatio avec des musulmans de toutes tendances.

Je connais l’islam, d’un point de vue historique, théologique et politique.

Je n’en partage cependant pas la foi, ce qui en soi n’est pas vraiment un problème car puisque chrétien, je crois aussi par l’intermédiaire de la tradition abrahamique, mais selon le prisme de la révélation christique et non pas coranique.

Je n’ai pas la courte-vue de nos politiques et des citoyens qui ne connaissent pas et ne comprennent pas l’islam, mais se croient capables de vous l’expliquer.

Je ne suis pas Alexis IZARD qui se pâme du témoignage d’une femme musulmane qui voue les terroristes à l’enfer. MAIS QUEL EST TON DEGRÉ D’HUMANITÉ pour pouvoir souhaiter que des gens aillent en enfer ? Tu ne vaux donc pas mieux que les terroristes pour affirmer cela ? Et puis quel est ton Dieu pervers qui créé un enfer pour diviser sa création ? Non mais allo quoi !


J’ai été des différents rassemblements citoyens depuis cinq ans sur notre commune.

Et nous n’avons pas avancé d’une seule miette !

Je ne pense plus que je retournerai à la mosquée de Savigny lors de la prochaine porte ouverte. Mais je crains qu’il ne s’y trouve toujours, voire sinon plus, de livres salafistes que j’avais pu trouver en 2017 dans la bibliothèque de la communauté.

Et Rachid, le président, me disant que c’étaient des croyants qui avaient dû les apporter, mais qu’il était vigilant à cela et qu’il en retirait quand il en voyait…

Les MEHLHORN d’hier qui ont refusé d’accéder à la demande du Rassemblement national de créer un monument contre le terrorisme islamiste sont les premiers aujourd’hui à reprocher à la municipalité de ne pas utiliser ce mot.

Tu ne peux rien faire avec cette classe politique, qui est irrécupérable. Ils ne pourront pas porter les solutions. Cela fait trop longtemps qu’ils échouent, principalement parce qu’ils n’essaient même pas vraiment, à la fois complices et corrompus.

Je refuse de donner corps plus longtemps à la fiction que ces gens-là vont pouvoir faire quelque chose, parce que cela fait des années qu’ils aggravent les choses.

Je ne veux pas faire union avec des gens qui souhaitent intrinsèquement ma mort en refusant de faire ce qu’il faut pour sauver la vie des gens qu’ils pleurent ensuite.


La défense du vivant, de nos policiers, de nos enseignants, des libertés, du service public, j’essaie de les porter tous les jours ; et je crois que ce blog m’en est témoin.

C’est aussi un modèle, une vision, une idée que j’ai essayé de défendre lors de mes différentes campagnes électorales, avec les échecs que vous connaissez.

Aujourd’hui, le terrorisme tue chaque année en France X personne sur XX millions.

Je n’ai sincèrement plus rien d’autre à faire que d’espérer de ne pas être ce X, ni que ce X sera un de mes proches.

Et charge à ceux qui ne seraient pas d’accord avec cela, de m’expliquer ce qu’eux feraient concrètement ou comptent faire d’autre que de se rassembler après chaque nouvel attentat en attendant le suivant.

Car même si l’on pourrait croire que je suis résigné, alors que je continue d’écrire et de dénoncer et de proposer, c’est eux qui se résignent par ces faux-hommages alors que le seul vrai hommage possible est une action, qui sans s’emmerder à inventer de nouvelles lois, consisterait déjà à appliquer ce qui existe et qui a fonctionné pendant des années.




2 commentaires

  1. Et je mélange deux articles en un « c’est moi qui suis fiché par les renseignements pour un potentiel risque d’atteinte à la sécurité publique voire peut-être même à la défense nationale ! » => Tant que le pouvoir dans son infinie … lâcheté s’acharnera sur les mauvaises cibles, il n’y aura aucun résultat, ça sera même de pire en pire.

  2. Rien à rajouter, rien à soustraire de ce texte. Les « politiques » (sic) sont pieds et poings liés par un imbroglio de peur, de complicité, de confort mental et matériel, de corruption et de soumission à des groupes de pression, quand ils n’en sont pas les complices actifs, conscients et organisés. Et tous ces braves gens de marche blanche en marche blanche, de bouquets de fleurs et de peluches en peluches depuis des décennies permettent aux dirigeants d’évacuer les vrais problèmes, les véritables questions que se posent, malgré tout, le peuple français, décidemment bien patient devant tant de crimes. Jusqu’à quand ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.