Réjane MALGUY est simplement méchante…

Publié par

À écrire vrai, je pense que Réjane MALGUY ne m’a jamais pardonnée d’avoir publié dans mon livret de vœux 2018, distribué dans les 18 000 boîtes aux lettres des Saviniens, une photo de sa voiture garée en plein milieu de la Place Davout au motif qu’elle est handicapée.

Je pense qu’elle n’avait pas non plus aimée que je pose haut et fort la question de savoir comment une personne qui ne peut pas faire 50 mètres à pied (avec des courses) peut rester debout aux vœux du maire pendant 35 minutes. Ah, les vertus curatives des discours de MEHLHORN !

La scène se passe ce mercredi 16 octobre 2019 vers 11 heures 00.

Je suis en train de distribuer mon deuxième journal de campagne dans la rue Belle-Gabrielle, et je croise Réjane MALGUY qui vient voir sa mère qui habite au foyer-logement Jean-Morigny. Rien de choquant, ma mère aussi allait voir la sienne à César-Franck tous les mercredis matins.

Alors je suis gentil, et je fais exprès de ne pas la suivre pour ne pas qu’elle me reproche de profiter d’elle pour entrer, et m’éviter ainsi quelques remontrances. Parce qu’entre EUGÈNE et GÉRARD, qu’est-ce qu’elles ont toutes à se prendre pour mes grands-mères ?

En réalité, je connais quelqu’un au foyer qui m’a gentiment proposé de sonner chez lui quand je veux distribuer mes tracts, et également parce qu’il souhaite me montrer un document.

Et pas de chance, ce monsieur habite une chambre qui est quasiment en face de celle de la mère de Réjane MALGUY.

Et donc en allant voit cet homme, d’abord pour le remercier de m’avoir ouvert, et ensuite pour regarder son document, je tombe sur Réjane MALGUY.

Parce que ce n’est pas drôle, j’ai évidemment des tracts à la main, parce que mon sac est trop petit pour que je puisse faire tout le Boulevard, avec un seul sac.

À noter que si j’avais mis 1 heure 45 il y a 15 jours, j’ai tellement été arrêté cette fois que j’ai mis près de 4 heures ! Dont des personnes approchées à la fois par MEHLHORN, FABRE et BLANCHAUD. J’ai bien envie d’essayer à mon tour de leur piquer !

Et donc Réjane MALGUY qui commence par me demander ce que je fais là parce que le monsieur que je viens voir aurait refusé de m’ouvrir… La menteuse !

Et qui retourne en furie dans la chambre de sa mère pour la prévenir qu’un politique vient faire du porte-à-porte, et qui lui demande de s’enfermer et de ne pas ouvrir.

Et tu sens la haine qui émane de cette femme, dont je suis persuadé qu’elle est ensuite allée prévenir le personnel que j’étais là.

Et la première chose que j’ai pensée, est qu’en temps de guerre, elle m’aurait dénoncée.

C’est bien la peine pour MEHLHORN de faire de la repentance avec le square des époux KOENIGSWEIN, inauguré l’après-midi.

J’ai voulu m’expliquer avec elle, mais elle était trop hystérique pour m’écouter.

Et clairement, cela me met en colère parce que j’ai l’impression d’être injustement méprisé.

C’est comme son mari qui ne répond pas à mes questions, puis qui passe devant moi en baragouinant des trucs où j’entends qu’il fait référence à mes questions, pour me signifier qu’il me répondra pas. Aucun courage pour me dire les choses en face !


Le document du monsieur en question, que je ne publierai pas car je ne lui ai pas demandé la permission, c’est un bilan comptable annuel.

Il a calculé que quand il retire son loyer, ses impôts et ses charges, il lui reste 12,12 euros chaque jour, pour manger, pour se soigner ou pour se faire plaisir.

Et donc, il a aussi des listes sur lesquelles il note chaque jour ses dépenses, en vue notamment des fois où il doit avancer de l’argent pour ses médicaments. Ou si jamais il doit voir le coiffeur et le pédicure de manière trop rapprochée.

Il a demandé à bénéficier des APL, mais sa retraite est trop élevée de quelques dizaines d’euros.

Et c’est au contact de cet homme que j’ai décidé d’inscrire dans mon programme une refonte des tarifs sociaux de location des appartements des foyers logements de Savigny.

De manière à équilibrer les tarifs pour ceux qu’on appellera la classe moyenne, qui sont trop riches pour bénéficier des aides, mais trop pauvres pour vivre décemment, en dehors de leurs pécules, qui n’a pas à être pris en compte dans ces calculs.

Et j’en parlais ensuite avec un restaurateur savinien qui me disait qu’il a des clients âgés qui paient à crédit…

Nous essaierons aussi de renégocier les tarifs à la baisse auprès des Résidences sociales de France. Il paraît même que GUETTO aurait dit que la municipalité pouvait obtenir 10 euros (sous entendu que cela ne valait pas le coup de négocier pour 10 euros par mois).

Nous réformerons également le rôle des référents personnes âgées dans les foyers logement.


Maintenant, est-ce que je pourrais polémiquer en m’étonnant que la mère de l’adjointe ait déjà trouvé un appartement à Morigny ?

Est-ce que je dois rappeler qu’elle fait de la merde en tant qu’adjointe au Commerce ; et que ce n’est parce qu’elle fait ses courses tous les dimanches à Davout, et qu’elle imprime des affiches pour les commerçants, que le commerce se porte mieux à Savigny ?

Alors je me calme en pensant qu’il n’y a plus que cinq mois avant que MALGUY ne disparaisse à jamais dans les poubelles de l’histoire savinienne.

C’est sincèrement triste, mais le commerce ne s’est pas mieux ou moins bien porté sous son mandat. En gros, elle n’a servi à rien, et tu mettais n’importe quel Mathieu FLOWER à la place, que tu obtenais exactement le même résultat. Avec l’humiliation suprême qu’on a quand même engagé une manager centre ville pour faire son boulot.

Mais je crois en fait que ce qui m’énerve le plus est l’image qu’elle donne de la droite, à laquelle elle est censée appartenir, alors qu’elle a juste le comportement d’extrême-droite d’une personne âgée jalouse de ma jeunesse, et du fait que je lui renvoie, non sans l’étaler sur la place publique, qu’elle n’est pas parfaite. Avec ce crime que son handicap ne m’empêche pas de la considérer à égalité avec une personne valide, et donc de dénoncer ses propres saloperies lorsqu’elle en commet…



3 commentaires

  1. Tu remarqueras que selon la bienpensance, dès qu’une personne est classée comme vulnérable ou est supposée d’être susceptible de discriminations, c’est forcément une personne bien. Et pourtant de la même façon qu’on peut être noir, con et raciste comme Dieudonné, on peut être méchante et vielle comme tatie Danielle !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.