Mais si la majorité des parents d’élèves soutenaient en fait la loi BLANQUER et la réforme du lycée ?

Publié par

Je vais rappeler en détail, mais seulement un peu plus tard, dans l’article ce que sont la loi BLANQUER et la réforme du lycée, et ce que certains leur reprochent.

Ce qu’il faut néanmoins en comprendre, tout en regardant les autres mesures prises par BLANQUER pour les REP notamment (classes dédoublées de maximum 24 élèves, gratuité de petits-déjeuners offerts, cantine à un euro..), c’est que les élites vont être toujours plus favorisées, tandis que les plus pauvres vont encore être portées à bout de bras, en faisant fi de toute idée de mérite, et qu’au milieu, les autres vont encore et toujours devoir se débrouiller seuls…

Et donc dans une ville comme Savigny, qui se vide aussi bien pour le pont de l’Ascension, que pour les deux mois d’été, que la nuit après 21 heures, les gens ont les moyens, donc si leurs gamins ont des capacités, ils pourront toujours les aider.

Ce n’est pas un secret. Je vis davantage de soutien scolaire que de journalisme. Or, plus de la moitié de mes « élèves » n’ont en réalité qu’un seul problème qui est leurs parents, lesquels trop souvent les bloquent en leur empêchant de trouver la nécessaire confiance en eux. Après, ça ne fait jamais de mal d’approfondir les leçons et de faire des exercices supplémentaires, qu’on ne ferait pas tout seul autrement, et qu’il est clair que le système éducatif public ne fait pas !

J’ai donc envie de tenter l’hypothèse non pas que les parents d’élèves s’en foutent, même si c’est vrai qu’ils ne sont pas informés, et qu’en fait, ils ne comprennent pas souvent la réforme, MAIS qu’ils ont surtout envie que leurs gamins, qu’ils ne peuvent pas voir ailleurs que dans l’élite, réussissent encore mieux…

Et donc la spécialisation est déjà toute trouvée, puisque le gamin fera comme les parents, et qu’au pire, on n’est pas dans le Limousin, donc qu’avec les transports, le jeune s’y retrouvera quand même… Et puis faut qu’il s’entraîne, parce qu’avec l’enseignement international, notre futur électeur écolo va travailler au moins sur plusieurs pays.

À quoi bon s’occuper du reste si ton gamin n’est pas handicapé ? Tant pis pour les autres. Et les profs ? Ben, ils travaillent 20 heures par semaine ! Et les directeurs d’école ? On s’en fout tout autant, ça fera moins de fonctionnaires à payer.

En bref, avec une telle mentalité de connard égoïste qui ne pense qu’à lui, dans l’immédiat, je ne serai pas étonné qu’une majorité de parents n’y voit qu’une chance supplémentaire de réussite pour leurs gamins, qui pourra ainsi écraser plus facilement les autres qui n’auront pas pu avoir les spécialités de leur choix, ou l’établissement d’enseignement international dans lequel je doute qu’on fasse appel au pré-recrutement…


La loi BLANQUER

  • Obligation de l’instruction à 3 ans (au lieu de 6) et de la formation de 16 à 18 ans

==> Manque de moyens dans les communes. Pérennisation du système des jardins d’enfants comme contre-maternelles. Impossibilité matérielle de former les jeunes.

  • Création d’établissements publics des savoirs fondamentaux

==> Disparition du lien fait par les directeurs d’école, qui disparaîtraient successivement.

  • Création d’instituts nationaux du professorat pour former les profs

==> Le ministère reprend la main sur la formation

  • Exemplarité des professeurs

==> Censure des professeurs

  • Création d’établissements locaux d’enseignement international

==> Moyens mis pour créer une élite

  • Mise en place d’un pré-recrutement des professeurs (les surveillants de collège peuvent donner des cours)

==> Des gens qui ne sont pas profs sous-payés pour une qualité inconnue

  • Renforcement de l’inclusion

==> Pas de moyens pour le faire ; exemple pas d’embauche d’AVS

  • Nouvel organisme d’évaluation des politiques éducatives

==> Noyauté par le ministère

  • Renforcement du contrôle de l’instruction à domicile dans les familles

==> Cosmétique.


La réforme du lycée

  • mise en place de la spécialisation

==> obligent les secondes à se positionner en vue de l’université. Chaque établissement ne proposera en moyenne que 7 spécialités sur les 12 possibles. Difficile de coordonner emploi du temps et volonté des jeunes. Manque de profs pour assurer les spécialisations scientifiques, notamment tout ce qui touche aux maths.

  • plus de série générale

==> Disparition des maths dès la première du bloc général. Moins de classes donc plus d’élèves par classe.

  • baccalauréat partagé entre contrôle continu et épreuves terminales

==> Je n’aurais jamais eu mon bac avec un tel système. Création d’un bac local par établissement en fonction de la notation des profs.

  • réforme du bac technologique

==> un trimestre de cours perdu




Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.