Sur les résultats de l’élection présidentielle brésilienne de 2022

Publié par

Que LULA ait gagné n’est pas une surprise.

Mais que LULA ait gagné de justesse, avec 50,9 %, quand il avait déjà atteint 48,4 % au premier tour, et alors que l’ensemble des autres candidats, représentant 8,4 % avaient appelé à voter pour lui n’est pas bon signe.

Les sondages les plus crédibles lui donnaient un minimum de 51,6 %.

Certes, il y a quasiment 2 millions de voix d’écart entre les deux finalistes.

Mais LULA n’a su en trouver que 3 de plus entre les deux tours, quand BOLSONARO en a gagné 7 !

Il y avait quand même des indices à ce que cette élection serait serrée, qui tiennent aux résultats des élections parlementaires et gouvernorales qui avaient livré leur verdict le 2 octobre 2022, et qui montraient que le pays était à droite.


Les temps qui commencent s’annoncent compliqués pour le Brésil.

D’abord parce qu’on le voit sur la carte des résultats, le pays est coupé en deux ; le Minas Gerais ayant d’ailleurs failli basculer à droite, ce qui aurait dessiné une ligne droite de coupure.

Et la campagne a été tellement violente que ces deux camps semblent irréconciliables.


Ensuite, parce que le Brésil demeure une république fédérative, dans laquelle, on a toujours l’exemple des États-Unis d’Amérique en tête, mais qui ne s’applique pas au Brésil, le président a finalement peu de pouvoirs ; les vrais décideurs sont les gouverneurs de région.

C’est-à-dire qu’on a beaucoup critiqué BOLSONARO sur le Covid, mais que dans le fond, la faute est autant partagée avec ces gouverneurs qui le soutiennent, et qui ont tout autant refusé d’appliquer toute politique anti-Covid, y compris quand BOLSONARO a débloqué les moyens de la république fédérale.

Et donc la moitié des gouverneurs de région, qui viennent d’être renouvelés, sont des bolsonaristes (14 sur 27), sur des territoires correspondant peu ou prou aux résultats de la présidentielle par région.


Enfin, parce que l’assemblée brésilienne est très morcelée, mais qu’elle est assez largement à droite ; on le savait dès le premier tour, et donc que LULA sera bloqué en permanence pour faire passer ses lois.

D’autant qu’au Brésil, le centre est majoritairement un centre-droit ; le centre-gauche étant en fait classé avec la gauche.


Reste maintenant à voir si BOLSONARO va accepter sa défaite, et ne pas faire une TRUMP.

D’autant que les forces de police et les forces militaires se trouvent avec lui, de manière assez marquée.

Toujours est-il que certains de ses partisans semblent prêts à mourir pour lui, et pour défendre son triptyque : « Dieu, la famille et la patrie ».

En tout cas, le faible écart avec LULA ne va rien arranger…

Et évidemment que le discours de trucage des élections par les machines de vote électronique va resurgir.

Cela ne semble en tout cas pas être sous ce mandat que le Brésil va redevenir une puissance potentielle…



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.