Sur la première saison de Mytho de Anne BEREST et Fabrice GOBERT (Arte)

Publié par

Ce jeudi 10 octobre 2019, Arte diffuse les trois premiers épisodes de la première saison de la série Mytho, qui seront suivis des trois suivants la semaine prochaine.

Ce n’est pas une mauvaise série, même si ce n’est pas non plus la meilleure que j’ai vue.Les acteurs ne sont pas mauvais, et les moyens sont suffisants.

Par contre, elle est assez anxiogène, notamment le sixième épisode ; et je la qualifierais davantage de drame que de comédie subversive.

Le pitch, c’est une femme, mère de famille, qui est oubliée de sa famille et de ses enfants, et qui va inventer le mensonge qu’elle a un cancer pour qu’on s’intéresse à elle. Et autour de ce mensonge vont à la fois se greffer de nouveaux mensonges, et en même temps éclater de nombreuses vérités.

Alors toutes les chroniques de cette série commencent par : Mais qui n’a jamais menti pour pouvoir donner des leçons de vérité ?

Pour autant, je trouve quand même qu’on est sur une conjonction de situations particulières, qui font que les mensonges prennent des proportions extravagantes, et qu’on y perd en crédibilité et en réalisme.

D’autant que tous les mensonges sont mis à la même échelle, et que par exemple les mensonges par omission de la plus jeune fille, ne sont pas comparables à l’adultère assumé du père. Dans le genre, les assureurs en prennent aussi en plein la gueule.

Même s’il faut ménager plusieurs saisons, qui ne sont pas encore décidées, je trouve dommage qu’on amène trop vite des situations qui ne sont pas exploitées (comme le personnage de Lorenzo, celui du patron de la GPMA ou l’église de scientologie).

Il n’empêche que cela reste une famille attachante, et qu’on a envie qu’ils soient heureux. Or, tout le drame est que c’est le mensonge qui les rassemble et la vérité qui les éloigne.

Et c’est aussi la dénonciation des mensonges et la révélation de la vérité qui leur permet de s’affirmer personnellement, ce qui nous empêche finalement de condamner le mensonge, qui n’est pas totalement négatif.

Bref, une série plus profonde qu’il n’y apparaît qui nous invite aussi à réfléchir à la philosophie de la vérité.




Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.