Sur les chasses aux Rroms organisées en Seine-saint-Denis

Publié par

Je voudrais polémiquer un peu par rapport à l’actualité récente que les médias main stream et bienpensants, très bobo-parisiano-centrés découvrent soudainement, parce que cela se passe à côté de chez eux.

Je pense que s’ils s’en offusquent aussi fortement, c’est parce qu’ils n’ont jamais été cambriolés par des Rroms, qu’ils présentent d’ailleurs avec condescendance et compassion comme de pauvres victimes qui n’auraient rien à se reprocher.

Alors je vais ouvrir ma gueule, parce qu’en plus d’avoir déjoué une tentative récente de cambriolage par des Rroms, j’en ai surtout fréquenté avec l’association du Secours catholique. Aussi, parce que j’en rencontre assez régulièrement en détention. Cela commence très souvent qu’ils me disent qu’on ne va pas pouvoir se comprendre parce qu’ils ne parlent pas français, et puis, presque toujours, nous arrivons à « faire affaire ».

Loin de moi donc l’idée d’affirmer que tous sont des voleurs, mais beaucoup me disent, à moi, ouvertement, qu’effectivement, ils cambriolent ; ce qui, toujours d’après ce qu’ils me disent, leur rapporte plus que la mendicité, mais moins que la ferraille et le travail sur les chantiers. Et eux considèrent cela comme normal, tout comme ils trouvent normal de ne travailler que le temps d’acquérir une somme en vue d’une dépense précise. C’est une autre mentalité.


Bien sûr que nous ne sommes pas dans Taken, ce film avec l’excellent (mais vilain racialiste et donc apparemment negrophobe) Liam NEESON, où la mafia albanaise enlève la fille du personnage pour la prostituer, à défaut d’en vendre ses organes.

Mais pour tous ceux qui suivent l’actualité des Bouches-du-Rhône, c’est assez régulièrement que ceux que j’appellerai ici les Arabes s’en prennent aux Rroms, pragmatiquement parce qu’ils en ont marre d’être cambriolés par eux.

J’ose donc penser que ceux qui s’en prennent aujourd’hui aux Rroms en Seine-saint-Denis ne le font pas parce qu’ils voudraient soudainement défendre l’intérêt des enfants, et des jeunes filles, mais juste parce qu’ils ont en marre des Rroms, et qu’ils ont là un prétexte pour se venger et essayer de les chasser.

Lesquels Rroms sont présentés comme une communauté, là où la République française n’est pas censée accepter d’autres groupes que la communauté nationale, ce qui semble induire et justifier que les règles de la République puissent ne pas s’y appliquer.


Ce que j’analyse, c’est une rivalité entre deux groupes malaimés et maltraités par la République, elle-même limitée, qui se combattent parce qu’ils se jalousent, parce qu’ils voudraient être les plus pauvres, les plus aidés et les plus à plaindre.

C’est une République dans laquelle des gens se détestent et ne veulent pas vivre ensemble. Et au-delà de l’émotion suscitée par la tentative de lynchage, il y a une détestation des Rroms qui resurgit, alors que paradoxalement, ceux-ci sont de moins en moins nombreux en France, voire qu’aujourd’hui, ils évitent la France, malgré qu’ils n’ont jamais été autant persécutés à l’Est dans l’Histoire très récente.

C’est plus largement un échec collectif avec d’un côté, un groupe qui ne fait plus confiance à la Justice et qui se fait justice lui-même ; au milieu, une Justice qui est impuissante à s’appliquer ; et de l’autre côté, un groupe qui refuse de respecter la Justice.

Bref, un beau bazar dont je ne sais pas comment on pourrait sortir, étant donné qu’aucun des acteurs ne semble vouloir bouger de ses positions.



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.