Sur le projet de réforme des commissariats de l’Essonne en 2019

Il s’agit d’une réforme de l’organisation de la police en Essonne, actuellement composée de 1500 agents répartis en 15 commissariats de plein-exercice.

Les effectifs de Police secours, la brigade anti-criminalité ou BAC, la sûreté départementale et les policiers enquêteurs seront désormais regroupés dans six commissariats d’agglomérations, dit conformes aux bassins de vie : Évry, Étampes, Juvisy, Montgeron, Palaiseau et Sainte-Geneviève-des-Bois.

Aucun commissariat ne fermera, mais les autres deviendront des postes de police, ouverts 24 heures sur 24, et limités à des missions de proximité comme les dépôts de plainte, et l’établissement des procurations électorales.

La réforme doit se faire à moyens et effectifs constants. Il n’est pas prévu de créer de nouveaux postes, mais il n’est pas non plus exclu d’en réduire, du fait de la mutualisation.


La réforme développe plusieurs objectifs :

– moderniser la police,

– améliorer sa réponse aux besoins de proximité,

– augmenter sa capacité d’intervention et de patrouille,

– développer et étendre la police de sécurité du quotidien,

– renforcer le travail d’équipe sur des thématiques similaires.


Les syndicats dénoncent une réforme peu concertée, qui risque de leur faire perdre l’avantage du terrain et d’éloigner la police de la population.

Ils demandent l’établissement d’un nombre de policiers minimum. Et la garantie que la police nationale ne disparaisse pas au profit des polices municipales.

Des policiers d’agglomération risquent de s’éparpiller, de moins bien connaître leur zone, aussi bien le terrain que les personnes et donc de perdre leur expertise actuelle.

Ils craignent que leurs collègues mettent davantage de temps à intervenir, que les forces vives soient monopolisées par les principales « zones sensibles de l’agglomération », et donc qu’elles en oublient les « cités dites secondaires ».

Enfin, certains policiers pourraient devoir déménager, pour ne pas habiter dans la zone dans laquelle ils travaillent.


Localement,

– La CSP de Savigny va fusionner avec la CSP d’Athis et de Juvisy. Savigny sera désormais dans la même zone que la Grande Borne et Grigny 2 !

– Le commissariat de Savigny, ne sera plus qu’un hôtel de police, dépendant du commissariat de Juvisy.

– Les effectifs d’intervention ne viendront plus du commissariat de Savigny mais de Juvisy.

– Les agents de Savigny, partis à Juvisy, devront payer leur stationnement.


Cette réforme doit commencer en octobre 2019, pour se mettre en place progressivement jusqu’en mars 2020.

Une réforme similaire a déjà été mise en place dans les Yvelines (en 2014), le Rhône et le Nord. Elle n’a obtenu aucun résultat notable, si ce n’est qu’elle a finalement abouti à la fermeture de plusieurs commissariats et postes de police !


Mis à jour le 1er septembre 2019